It Must Be Heaven, d'Elia Suleiman : critique et bandes-annonces

Par Laurent P. · Publié le 22 novembre 2019 à 12h10 · Mis à jour le 23 novembre 2019 à 10h37
Les fans d'Elia Suleiman et de Gael Garcia Bernal se donnent rendez-vous au cinéma pour découvrir It Must Be Heaven en salles le 4 décembre 2019. Un film présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, en mai 2019.

Un conte burlesque savoureusement drôle... Voilà ce que propose Elia Suleiman avec son dernier long-métrage, It Must Be Heaven, au cinéma le 4 décembre 2019. Un métrage présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, en mai 2019, et ayant reçu une mention spéciale du jury.

Un long-métrage dans la veine des Vacances de Monsieur Hulot, réalisé par Jacques Tati, dans lequel on retrouve le réalisateur dans son propre rôle, mais également Ali Suliman (Du Sang et des Larmes, Mon Fils...), Grégoire Colin (Le Rire de ma Mère, Camille...), Gael Garcia Bernal (Ema, Cuban Network...), Vincent Maraval (La Vie d'Adèle, Love...) ou encore Stephen McHattie (Born to Be Blue, Mother!...).

Synopsis : 

Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil, avant de réaliser que son pays d'origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. Un conte burlesque explorant l'identité, la nationalité et l'appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir " chez soi " ?

It must be heaven, avec Gael Garcia Bernal : découvrez les bandes-annoncesIt must be heaven, avec Gael Garcia Bernal : découvrez les bandes-annoncesIt must be heaven, avec Gael Garcia Bernal : découvrez les bandes-annoncesIt must be heaven, avec Gael Garcia Bernal : découvrez les bandes-annonces

Critique :

It Must Be Heaven est un conte burlesque savoureusement drôle mettant en scène le réalisateur dans ses voyages, de Betlehem à New-York en passant par Paris. Un film qui fait fi des dialogues (il y en a très peu) pour se concentrer sur l'image, forte et épurée. Un réalisateur souvent au centre des plans, seul, se positionnant dans un rôle d’observateur - à la Jacques Tati - de la société qui devient de plus en plus absurde et cherchant sa place dans ce monde violent à sa manière.

Concernant les plans, ceux-ci jouent également sur la symétrie des décors et des gestes, ajoutant de l’absurde aux différentes séquences. Un film qui dénonce les travers de nos sociétés, des discriminations sociales à la surabondance sécuritaire en passant les questions de racisme et d’uniformisation des sociétés. Un métrage fort et insolite à découvrir avec plaisir !

Bande-annonce :

Teaser 1 :

Teaser 2 :

Teaser 3 :

Teaser 4 :

Teaser 5 :

Informations pratiques

Horaires
Du 4 décembre 2019 au 11 décembre 2019

×

    Lieu

    Paris
    75 Paris

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche