Dieudonné, interdit de stationner.

Bertrand Delanoë a présenté ses vœux hier à la ville de Paris. Le maire a profité de son élocution pour évoquer un souhait on ne peut plus particulier : interdire les planches à Dieudonné.

Durant son spectacle au Zénith, le comédien Dieudonné a rebasculé. Déjà sujet à polémiques pour son attitude en 2003 dans l'émission de Marc Olivier Fogiel, " On ne peut pas plaire à tout le monde " ou il s'était présenté en faisant le salut hitlérien, il joue une fois encore la carte de la provocation.
Le 26 décembre dernier, il revient avec son one-man show " J'ai fait l'con " devant 5000 spectateurs. La salle est comble, un technicien habillé en déporté de guerre rejoint la scène où l'attendent l'humouriste et Robert Faurisson et remet à ce dernier, le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence. M. Faurisson, fervent défenseur de la thèse négationniste (refus d'admettre l'Holocauste), reçoit ce trophé sous un tonnerre d'applaudissements.

En internautes avisés, nous sommes en droit de nous interroger : qui de Dieudonné ou du public est-il le plus à blâmer ? En tant qu'homme politique prudent, Bertrand Delanoë désire mettre un terme à ses esclandres publiques plus que doutouses en lui interdisant le droit de se produire à Paris.

De la mauvaise publicité vaut-elle mieux que pas de publicité du tout ? C'est ce qu'à l'air de penser notre cher Dieudonné. La ville de Paris lui est désormais officieusement fermée mais les prétextes invoqués par Bertrand Delanoë suffiront-ils à l'empêcher de jouer ? Poussé dans ses retranchements, il pourrait se contenter de se produire dans son propre théâtre, la Main d'Or comme c'est actuellement le cas. Qui de Delanoë ou de Dieudonné obtiendra gain de cause ?
Une affaire à suivre...


Mélanie B.
Dernière modification le 13 janvier 2009

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche