We Love Green 2019 : on y était, on vous raconte

Sous un soleil de plomb, le festival We Love Green 2019 a enchanté le Bois de Vincennes, les 1er et 2 juin 2019. On y était, on vous raconte !

Il y a avait comme un air de vacances qui soufflait, les 1er et 2 juin 2019, sur le Bois de Vincennes. Sous un soleil de plomb, le festival We Love Green 2019 fut le rendez-vous de tous les amoureux de musique. On en faisait partie et on vous raconte tout. Ambiance glitters et couronnes de fleurs ! 

On arrive pile à l'heure pour le set d'Aya Nakamura. La nouvelle reine du rap français est à la hauteur de nos attentes, et bien plus encore. En pleine forme, elle enchaine ses tubes, entourée de ses danseurs, devant un public chaud bouillant, agglutiné devant la grande scène. On vous passe l'excitation des fans lorsqu'elle commence à entonner 'Djadja' et 'Pookie' ! 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Son set terminé, on fait un petit tour à la Clairière où se termine le set de Idles. Grosse ambiance, un guitariste en slip, une foule déchainée, du bon rock qui envoie dans un festival pas vraiment rock. On transpire, on s'électrise sous le grand chapiteau bleu grâce à l'énergie folle dégagée par le groupe de Bristol et on regrette de ne pas être arrivé un peu plus tôt. 

De son côté, Calypso Rose, la queen du calypso, fait se déhancher les festivaliers sur la scène de La Canopée. Des morceaux parfaits pour accueillir ce soleil tant attendu après des jours et des jours de pluie. On chaloupe du bassin, mais il est déjà l'heure de manger un petit bout. On file sur le stand de Cheval d'Or où le chef Taku Sekine propose des nouilles froides bien relevées et du poulet accompagné d'asperges vertes. 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Juste ce qu'il nous faut pour reprendre des forces avant le set de Metronomy, sur la grande scène. Joseph Mount, tout sourire, prend le temps de blaguer avec ses fans avant d'enchainer les tubes, pour beaucoup extraits de l'excellent Love Letters. Sur 'Reservoir', la foule chante à tue-tête et c'est beau à voir ! 

On a, par la suite, besoin d'une petite dose de musique électronique. Direction La La Land pour prendre en cours de route le set du padre, Laurent Garnier. Impossible de mettre ne serait qu'un orteil sous la tente, tant le producteur attire les foules. On se retrouve donc obligé de jouer des coudes pour pouvoir profiter de l'instant 'Crispy Bacon' qui fait entrer le public en transe. 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Sur la grande scène, Chris(tine and the Queen) parle beaucoup et chante des titres extraits de son dernier album, ce qui semble un peu décevoir les amateurs du premier. Le show est calibré, tant au niveau de la chorégraphie que des moyens pyrotechniques. On y reste peu de temps puisque Ricardo Villalobos prend la suite de papa Garnier à La La Land. 

Loin de la techno minimale qu'il délivre habituellement, Villalobos se fait aujourd'hui plaisir avec une techno dépouillée, berlinoise, qui s'agrémente au fur et à mesure d'incursions italiennes et espagnoles. Ca danse de tous les côtés ! 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Arrive enfin le moment tant attendu par beaucoup de festivaliers (ça parlait de ça dans toutes les files d'attente, le samedi) : l'arrivée de Booba. La demie-heure de retard est vite oubliée et le Duc de Boulogne enchaine les titres - pas forcément les tubes. Mais le public est connaisseur et reprend les paroles en coeur. Sur scène, Booba invite Médine pour un featuring cool. Heureux d'être là, semble-t'il, il nous fait plaisir, on chante 'Boulbi' à tue-tête et le show dure une demie-heure de plus que l'heure inscrite sur notre programme. 

On repart de ce premier jour de festival comblé, avec l'envie d'être déjà à demain ! 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Jour 2 au Bois de Vincennes. Le mercure est encore monté de quelques degrés et votre reporter, dans sa grande joie de la veille, s'est légèrement tordu le genou. Ce sera donc plus tranquille aujourd'hui, mais pas moins hot. 

A ce propos, soulignons l'effort de We Love Green qui, en plus d'offrir aux festivaliers un décor hyper cool - immenses sculptures en bois et acier d'animaux, drapeaux qui volent au vent, transat à l'ombre des arbres - a vraiment fait l'effort de prendre soin de nos petits corps enflammés par le soleil avec des points d'eau disséminés un peu partout et même un brumisateur géant. 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

En deux jours, la population de Vincennes double et pourtant, tout le monde joue le jeu du green : très peu de déchets au sol (merci les verres en plastiques consignés !) et une véritable ambiance peace & love des plus agréables. La transition entre les scènes se fait facilement et si l'on perd ses amis, on arrive généralement à les retrouver easy. Que des bons points, bien que We Love Green ne soit plus le festival à taille humaine des premières éditions. 

Dans l'amphithéâtre Think Tank, les talks cools s'enchainent sur des sujets importants (nature, animaux, environnements), tandis qu'à quelques pas de là seulement, dans le village Greenroom, des dizaines de festivaliers se pressent dans de minuscules maisons pour des mini-sets survoltés. C'est drôle à voir et franchement original !  

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Côté musique, on commence notre deuxième journée avec Vald, sur la grande scène. Survoltés, c'est le terme; le public et le rappeur. Vald fait du Vald : il se fait plaisir, échange avec les gens, dévoile un titre en exclu et balance la sauce qui prend bien. Sur les écrans géants, on se découvre faisant partie d'une foule aussi impressionnante que dans les plus gros festivals de France. 

Un burger fermier plus tard (excellent, au demeurant), la sirène Rosalia nous appelle à ses côtés à La Clairière. Le show est au point, des chorégraphies travaillées autant que les looks, et la nouvelle star de la pop espagnole conquit les oreilles et le coeur des quelques derniers réticents. 

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

A La La Land, Bonobo s'installe derrière les platines pour un DJ set aux couleurs de Ninja Tune. Mais c'est Quentin Dupieux alias Mr Oizo que l'on attend. En compagnie de son éternel Flat Eric qui passe de temps en temps la tête au dessus du DJ booth, Oizo envoie du pâté. Ca turbine un max mais on doit se résoudre à partir après 'Positif' pour rejoindre les Australiens de Tame Impala, sur la grande scène. 

Un beau coucher de soleil accompagne les premières notes de 'Let it Happen', pile ce qu'il nous fallait pour repartir de We Love Green des étoiles plein la tête. Pluie de confettis, lasers dans tous les sens, projections psychédéliques sur grand écran... Assurément l'un des meilleurs concerts de ce cru 2019.

We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019We Love Green 2019

Avec sa programmation éclectique, ses belles découvertes et ses confirmations scéniques, We Love Green s'affirme comme l'un des meilleurs festivals parisiens. A l'année prochaine, vite !  

Manon C.
Dernière modification le 6 juin 2019

Informations pratiques

Horaires
Du 1 juin 2019 au 2 juin 2019

×

    Lieu

    Plaine de la Belle Etoile
    75012 Paris 12

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche