L'Opéra de Paris s'engage en faveur de la diversité

Par Cécile D. · Publié le 8 février 2021 à 17h50 · Mis à jour le 8 février 2021 à 17h50
Le directeur de l'Opéra de Paris, Alexander Neef, a livré, ce lundi 8 février 2021, les enseignements mis en avant par le rapport sur la diversité commandé à la fin de l'été 2020 à Constance Rivière (secrétaire générale du Défenseur des droits), et Pap Ndiaye (historien). La mission a été lancée à la demande des salariés de l'opéra, suite au mouvement Black Lives Matter.

À la fin de l'été 2020, le mouvement Black Lives Matter résonnait en France. Inspirés par ces événements, les salariés de l'Opéra de Paris ont signé une pétition afin que leur organisation soit mieux sensibilisée à la question de la diversité. Alexandre Neef, directeur du Palais Garnier, a donc confié une mission d'évaluation à Constance Rivière, secrétaire générale du Défenseur des droits, et Pap Ndiaye, historien. Les deux rapporteurs ont interrogé 90 personnes en France et dans le monde. Ils ont remis leur rapport au directeur de l'Opéra, qui l'a présenté publiquement ce lundi 8 février 2021.

Les deux rapporteurs ont souhaité faire un constat qui permettra d'ouvrir des pistes de réflexion et d'action « pour les 5, 10 ou 15 ans à venir », explique le Figaro.

L'axe sur lequel l'opéra doit se concentrer est celui du recrutement. Le rapport de mission de Constance Rivière et Pap Ndiaye met au jour une absence de diversité parmi le personnel du Palais Garnier, notamment parmi le personnel artistique et les techniciens.

Le Figaro précise que l'orchestre et les chœurs de l'Opéra de Paris sont des organismes où la sélection des employés se fait bien en amont, sans que l'Opéra lui-même ne puisse intervenir. Ce sont les lauréats des conservatoires qui sont éligibles aux postes artistiques. 

Dans le domaine musical, dès les premiers tours de sélection, qui se font à l'aveugle, Constance Rivière a constaté un manque de personnes issues de la diversité. La rapporteuse propose alors « d'élargir le jury pour les orchestres comme pour les chanteurs, avec un regard sensible sur les questions de diversité au moins pour le dernier tour ».

Pour remédier à ces problèmes, Alexandre Neef promet de revoir les procédés de recrutement. L'Opéra pourrait lancer des concours dans les régions et dans les DOM-TOM. Des danseurs pourraient également intervenir dans certains quartiers où la danse n'est pas une profession évidente, afin de - peut-être - susciter des vocations.

Le rapport sur la diversité incite l'opéra parisien à prendre exemple sur ses confrères, et notamment sur l'American Ballet Theater de New York, qui, après la nomination de Misty Copland au titre de danseuse étoile, a pu attirer de nouveaux publics. 

Alexandre Neef veut cependant rétablir un principe : il ne souhaite « pas d'instauration de quotas ». « L'Opéra de Paris est à la recherche de talents », affirme-t-il.

Le directeur a donné raison aux rapporteurs concernant le répertoire de spectacles de l'opéra. Les deux chargés de mission ont pointé du doigt « l'héritage de l'Opéra [qui] porte une représentation du monde extrêmement stéréotypée et qui pose question » depuis le XIXe siècle et la responsabilité de l'Opéra de Paris qui entretient ce répertoire « d'œuvres qui ont exotisé les mondes non européens, asiatiques, américains et africains ». Pap Ndiaye met en lumière les stéréotypes offensants que ces œuvres peuvent porter, de même que la tradition du ballet blanc.

En réponse à ces reproches, Alexandre Neef a assuré qu'il « n'y aura plus de black face ou de yellow face à l'Opéra de Paris et on ne blanchira plus la peau de certains danseurs même si on continuera évidemment de donner les grands ballets classiques » ou d'« appellation offensante. Les négrillons de La Bayadère s'appellent désormais les enfants du monde. » Cependant, le directeur ne veut « pas de boycottage des œuvres. Ni de réécriture de livret. Il s'agit plutôt d'un travail de contextualisation pour éclairer certains opéras ou ballets ».

Enfin, l'Opéra de Paris a annoncé la création d'un poste de chargé de mission diversité et inclusion. La personne détenant ce rôle devra présenter un rapport de situation annuel. « Ce rapport n'est pas la conclusion d'un processus, c'est le début », a promis Alexandre Neef.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche