La fin des opens bars

Les députés ont voté cette nuit un amendement mettant fin aux opens bars, une pratique qui encouragerait à la consommation rapide et massive d'alcool.
Puisqu'il est de bon ton ces derniers temps de légiférer sur tout et n'importe quoi (interdire les portables aux enfants, la cigarette aux parents...), le gouvernement, en la personne de la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Roselyne Bachelot, a décidé de proscrire les open bars. S'ils permettent en effet de boire gratuitement, ce qui n'est pas du luxe quand on sait combien coûte le moindre petit verre d'alcool en soirée, ils sont accusés de pousser à une consommation excessive et irraisonnée.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, les députés ont donc voté l'amendement interdisant de " consommer de l'alcool à volonté contre paiement d'un forfait ". Dans la ligne de mire du texte : le binge drinking, une pratique en vogue chez les jeunes et qui consiste à boire le plus et le plus vite possible pour atteindre l'ivresse. L'amendement voté cette nuit, censé prévenir l'alcoolisme des jeunes, exclut cependant, à la demande des députés des régions viticoles, " les fêtes et foires, stages œnologiques et autres opérations de dégustations, repas vins compris ".
Après l'interdiction de fumer entrée en vigueur en janvier 2008, l'interdiction des open bars ne sera probablement pas vue d'un très bon œil par les gérants de bars et de boîtes de nuit, car ils permettaient d'attirer du monde dans leurs établissements. Le texte doit maintenant être voté par le Sénat.
Photo : © AFP



Elodie N.
Dernière modification le 6 mars 2009

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche