Le monde de la nuit milite pour la création de « Zones d’Urgence Temporaire de la fête »

Par Caroline J. · Publié le 23 février 2021 à 15h42 · Mis à jour le 23 février 2021 à 15h42
Dans une tribune publiée le 18 février 2021sur Médiapart, Technopol demande la création de « Zones d’Urgence Temporaire de la fête », alors que le secteur de la nuit et le monde des musiques électroniques sont à l’arrêt total depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Quand les boîtes de nuit et clubs pourront-ils rouvrir leurs portes aux noctambules avertis ? À ce stade, personne n’a la réponse, et les professionnels du secteur se retrouvent dans le plus grand désarroi.

Pour soutenir le monde de la nuit parisienne, la Ville de Paris réfléchit d'ailleurs à un été festif avec l’organisation d’événements en plein air. Technopol planche aussi sur le sujet. Dans une tribune publiée le 18 février sur Médiapart, l’association demande la création de « ZUT », c'est-à-dire de « Zones d’Urgence Temporaire de la fête » ; un concept innovant dont Kevin Ringeval de Technopol nous avait déjà parlé il y a quelques mois de cela.

Ce 18 février, l’association est donc revenue à la charge, alors que Roselyne Bachelot annonçait ce même jour la tenue des festivals d’été, mais avec une jauge maximale de 5 000 personnes, et une configuration assise.

« Cela fait neuf mois que la fête est à l’arrêt, neuf mois que la nuit est réduite au silence. Certains fêtent la naissance de leurs bébés confinement alors que nous commençons à compter les dépôts de bilans, les uns après les autres », expliquent ainsi Kevin Ringeval, Tommy Vaudecrane et Luc Gwiazdzinski dans cette tribune, soutenus dans leur démarche par toute la sphère électronique, soit plus de 260 acteurs de la vie culturelle nocturne.

Parce que la « France ne doit pas laisser disparaître un pan entier de son histoire créative et de son patrimoine culture », « il FAUT anticiper le printemps, l’inventer en trouvant des solutions innovantes et professionnelles pour relancer l'économie culturelle nocturne, pour que l’on entende à nouveau les rythmes des musiques électroniques, fortement impactées par la crise actuelle » poursuivent-ils. 

Ils demandent donc à ce que l’État et les territoires soutiennent ces « Zones d’Urgence Temporaire de la fête ». Pour ce faire, ils réclament que « les collectivités mettent à disposition des espaces extérieurs pouvant accueillir temporairement, et dès le printemps, des événements festifs organisés par des professionnels, dans le respect de consignes sanitaires claires. »

Technopol rappelle travailler depuis « de longs mois » sur ce concept et avoir « élaboré une proposition de protocole fondé sur les connaissances du COVID, tant sur le volet de la prévention et du suivi des publics et des personnels ».

L’objectif de la création de ces « ZUT » serait « surtout de pouvoir accueillir les programmations des établissements fermés hors les murs mais aussi celles de producteurs locaux capables de mettre au travail « en circuit court » des artistes, des techniciens et des prestataires ».

« Cette initiative serait une mesure phare d’un plan de relance de notre secteur et du sauvetage de la nuit. Elle permettra d’envoyer un signal positif à la jeunesse, trop stigmatisée depuis le début de la pandémie, coupable de tous les maux de la société, alors qu’elle est son avenir », conclut la tribune.

Informations pratiques

Site officiel
www.technopol.net

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche