Coronavirus : les annonces d'Emmanuel Macron face à l'épidémie

Par Alexandre G. · Publié le 12 mars 2020 à 21h35 · Mis à jour le 12 mars 2020 à 21h36
Ce jeudi 12 mars 2020, le président de la République Emmanuel Macron s'est adressé aux français lors d'une allocution télévisée à 21h, en réponse à l'avancée de l'épidémie de coronavirus en France et partout dans le monde. Le chef de l'Etat a détaillé les nouvelles mesures d'exceptions en vigueur et les prochaines étapes à venir pour faire face à l'épidémie. A commencer par la fermeture des écoles à partir de lundi et le maintien des élections municipales.

Le président de la République s'est adressé aux français ce jeudi 12 mars 2020 pour annoncer des nouvelles mesures d'exception en réponse à l'épidémie de Covid-19 qui progresse, en France et à l'international. C'est d'après ses propos la "plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis des siècles"

Forcément, les premières pensées du Chef de l'Etat s'adressent aux familles des victimes, et aux personnels de santé "engagés avec efficacité" dans le ralentissement de la propagation du virus. Ensuite, La première mesure annoncée concerne la fermeture des écoles jusqu'à nouvel ordre. Cela concerne les lycées, les collèges, les écoles, les crèches et les universités, pour une raison simple qui est qu'ils seraient les plus susceptibles de propager le virus, "selon les scientifiques"

Concernant les parents devant rester chez eux afin de garder leurs enfants, le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer précise qu'il leur sera fourni une attestation et que cette situation exceptionnelle n'aura pas d'impact financier. 

Dans l'optique de ralentir la propagation du coronavirus, le président a demandé "à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles et ceux qui souffrent de maladies chroniques ou de troubles respiratoires, aux personnes en situation de handicap, de rester autant que possible à leur domicile", sans toutefois rendre obligatoire un confinement, en précisant qu'elles "pourront bien sûr sortir de chez elles pour faire leurs courses, pour s'aérer", tout en "limitant leurs contacts au maximum"

Dans un second temps, le président de la République précise sa décision sur le maintien des élections municipales 2020, prévues les 15 et 22 mars 2020 dans toute la France. Selon le chef de l'Etat, "rien ne s'oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes", tant qu'ils veillent au "respect strict des gestes barrières contre le virus et des recommandations sanitaires"

Aussi, le chef de l'Etat s'est prononcé sur un "plan de relance" de l'économie, sur le plan national et européen. Dans un contexte extrêmement tendu de krach boursier européen, il s'agissait là de rassurer tous les secteurs de l'économie touchés de plein fouet, comme "les restaurateurs, commerçants, artisans, hôteliers, professionnels du tourisme, de la culture, de l'évènementiel  et du transport" qui "souffrent"

Les promesses de "prendre en charge l'indemnisation des salariés" et de "mettre en place un mécanisme exceptionnel de chômage partiel", l'ensemble "pris en charge par l'Etat" viennent compléter le tableau économique. Des mesures qui concernent "les salariés et les entreprises", mais également tous les secteurs d'activité comme "les indépendants" ainsi que "les salariés contraint de rester chez eux". Toujours à propos de l'économie, le président a rappelé que "les transports publics seront maintenus, car les arrêter, ce serait tout bloquer, y compris la possibilité de soigner"

Concernant les cotisations, le président de la République s'est engagé à "reporter sans justification, sans formalité et sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dûs en mars". Il a aussi détaillé que le gouvernement travaillait actuellement sur "des mesures nécessaires ou d'annulation de rééchelonnement" concernant ces mêmes impôts. Des "mesures simples", mises en avant pour "défendre les entreprises de toutes les tailles" d'après ses propos. 

Le chef de l'Etat s'est penché par la suite sur les solutions possibles concernant le traitement du virus. Il a affirmé que des "professeurs travaillent d'ores et déjà sur plusieurs pistes de traitement à Paris", et que "l'Europe a tous les atouts pour offrir au monde l'antidote aux Covid-19"

Enfin, Emmanuel Macron a souligné la nécessite d'une "mobilisation sociale" pour répondre à la crise sanitaire. Il annonce que "la trêve hivernale sera reporté de deux mois", et "demande au gouvernement des mesures exceptionnelles pour les plus fragiles". Ce sont eux qui d'après lui "auront besoin de soins adaptés à l'hôpital, souvent d'assistance respiratoire", en prévoyant déjà "une deuxième vague qui touchera un peu plus tard en nombre beaucoup plus réduit des personnes plus jeunes, a priori moins exposées à la maladie, mais qu'il faudra soigner également"

Quant au passage au stade 3 de l'épidémie, le président n'a fait aucune précision sur ce sujet. Le bilan concerne 2876 cas confirmés, et près de 61 décès. 

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche