Rixe à Étampes : vers plus de sécurité dans les bases de loisirs d'Île-de-France

Par Caroline J. · Publié le 3 août 2020 à 15h02 · Mis à jour le 3 août 2020 à 15h11
Suite à la bagarre générale qui a opposé, le 31 juillet, une centaine de jeunes sur la base de loisirs d'Étampes, dans l'Essonne, Patrick Karam, vice-président de la région en charge de la jeunesse, des sports, de la vie associative, de la citoyenneté et des loisirs, a indiqué que des moyens supplémentaires allaient être déployés sur cette base de loisirs, comme la mise en place de drones avec haut-parleur. On fait le point sur la situation.

Le 31 juillet dernier, une rixe générale a éclaté sur la base de loisirs d’Étampes, dans l’Essonne, opposant une centaine de jeunes. 

Sur les réseaux sociaux, Patrick Karam, vice-président de la région en charge de la jeunesse, des sports, de la vie associative, de la citoyenneté et des loisirs, a confié que plusieurs mesures allaient être mises en place pour permettre aux familles modestes de profiter de cette base de loisirs à Étampes en toute sécurité. "Nous allons mettre des drones avec haut-parleur, ça permet d'anticiper les problèmes et de dissuader", a-t-il annoncé suite à la réunion de crise. 

Patrick Karam demande également à l'Etat plus de moyens afin de renforcer la sécurité au sein des douze îles de loisirs de la région qui font face à une hausse de la fréquentation cet été. "Mais à un moment donné, si nous n'avons pas l'Etat à nos côtés c'est beaucoup plus compliqué de maintenir l'ordre ! Sur les stations balnéaires, quand il y a un afflux de personnes, il y a des gendarmes à demeure, et bien nous voulons la même chose !" a-t-il insisté.

Sur RMC, ce 3 août 2020, Patrick Karam a également partagé son souhait d’instaurer un fichier des interdits sur les bases de loisirs. "Nous voulons que l’État nous autorise à créer un fichier des interdits d’îles de loisirs, pour que quelqu’un qui a commis un acte de violence sur un site ne puisse y revenir. Nous avons des interdits de stade, alors pourquoi pas des interdits d’îles de loisirs", a-t-il expliqué.

Suite à cette rixe, Valérie Pécresse a fait savoir qu'une plainte serait déposée par la région Île-de-France. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche