Sans confinement en décembre il y aura une hécatombe à Noël annoncent 2 Prix Nobel

Par Julie M. · Publié le 26 septembre 2020 à 09h52 · Mis à jour le 28 septembre 2020 à 15h13
Pour Abhijit Banerjee et Esther Duflo, Prix Nobel d'économie en 2019, "il faut décréter un confinement du 1er au 20 décembre pour éviter une recrudescence catastrophique du Covid-19 chez les personnes âgées après Noël"

Un reconfinement en décembre ? C'est la suggestion des deux Prix Nobel d'économie Abhijit Banerjee et Esther Duflo qui alertent le gouvernement, dans une tribune parue dans le journal Le Monde ce samedi 26 septembre 2020, sur les risques de recrudescence de cas de coronavirus, notamment chez les personnes âgées, après les fêtes de Noël.

En effet, selon leurs recommandations, pour permettre aux Français de pouvoir profiter au maximum de leur famille, et notamment de leurs ainés au moment de Noël, il serait sage de mettre en place un confinement de tout le territoire du 1er au 20 décembre.

Les deux économistes expliquent avoir conscience que "la perspective d’un reconfinement, même local, est un repoussoir et l’on sent une résistance forte à limiter les activités, en particulier les plus lucratives", cependant ils estiment que "la difficulté est de protéger les personnes âgées et celles (plus nombreuses qu’on ne le croit) qui souffrent de maladies chroniques".

S'ils considèrent que "Tant que l’épidémie touche surtout ceux qui sont jeunes et en bonne santé, elle n’est pas particulièrement meurtrière et ne conduit pas à une augmentation rapide des hospitalisations", ils craignent cependant que les rassemblements traditionnels pour les fêtes fin d’année en France ne soient des moments de forte propagation du coronavirus chez les personnes âgées.

Pour eux, il vaut mieux prévenir que guérir et éviter "un reconfinement généralisé quand il sera déjà trop tard". Ils proposent donc "un confinement dans tout le territoire pour la période de l’Avent, disons du 1er au 20 décembre, en demandant aux familles de rester chez elles et de ne pas anticiper les vacances en se précipitant chez les grands-parents".

En conclusion, ils considèrent que "le coût pour l’économie serait important, mais moins que d’avoir à annuler Noël". De plus, si de telles mesures devaient être prises, il faudrait qu'elles soient annoncées suffisamment tôt pour ne pas prendre les familles ni les commerçants, au dépourvu et permettre d'anticiper l'achat de cadeaux de Noël ou de commander en ligne.

Olivier Véran a répondu ce dimanche 26 décembre 2020 qu’à ce stade il n’a aucune idée de la manière dont l’épidémie va évoluer dans les 3 prochains mois et qu’il se refuse à prendre des décisions immédiates concernant un futur encore incertain : « Nous voulons que les Français puissent passer des fêtes de fin d'année en famille. Anticiper un confinement de trois semaines me semble de la prédiction. Je ne suis pas fana de la prédiction, mais de l'anticipation. […] Je ne me projette pas dans deux mois, mais au jour le jour »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche