Covid : « L’objectif, c’est une rentrée à 100 % en présentiel » pour les étudiants, affirme Vidal

Par Cécile D., Caroline J., Laurent P. · Publié le 28 mai 2021 à 11h35 · Mis à jour le 28 mai 2021 à 11h35
Frédérique Vidal a accordé un entretien au Parisien. La ministre de l'Enseignement supérieur affirme que son objectif pour les étudiants est qu'ils puissent profiter d'une « rentrée à 100 % en présentiel » dans les universités, en septembre prochain.

Les étudiants sont-ils les grands oubliés de cette année scolaire marquée par l'épidémie de Covid-19 ? Alors que les élèves de maternelle et du primaire ont pu retourner à l’école ce 26 avril, et que les collégiens et lycéens ont retrouvé leurs classes le 3 mai dernier, les étudiants ont dû attendre la fin de l'année scolaire pour être à nouveau admis sur leur campus.

Quand ces derniers pourront-ils revenir à la fac en présentiel à 100% ? Invitée, le 27 avril 2021, sur France Inter, la ministre de l'Enseignement supérieur a apporté quelques éléments de réponse. Frédérique Vidal a confié que le gouvernement préparait une rentrée de septembre « à 100% en présentiel » dans les universités. « C'est le souhait de tout le monde » a-t-elle ajouté, avant de préciser toutefois qu’une "solution de repli, à demi jauge" est envisagée, selon l’évolution de la situation sanitaire à la rentrée.

 

En attendant, « la jauge devrait commencer à augmenter dans les semaines qui viennent », a-t-elle indiqué, avec « 50% de présentiel » début mai. Dans les colonnes de 20 Minutes, la ministre avait déjà évoqué une possible modification du protocole sanitaire afin que les étudiants puissent faire leur retour dans les facultés en présentiel à 50%, "à partir de la mi-mai ou de la fin-mai, en fonction de la retombée du pic épidémique".

"Cela va nous permettre de tester les protocoles et de regarder comment vont se mettre en place les possibilités d'autotests pour les étudiants", a également expliqué la ministre ce mardi sur France Inter, précisant que 800.000 autotests ont déjà été distribués le 26 avril aux étudiants et aux personnels dans ces établissements.

Quid des examens à venir ? "À partir du 3 mai, les examens peuvent reprendre en présentiel", a affirmé la ministre.

On rappelle que, depuis le 25 janvier dernier, seuls les étudiants de première année ont pu faire leur retour à l'université pour les TD et TP, et uniquement en demi-groupe. Une mesure qui doit s'étendre « si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux », comme l'expliquait le Premier ministre au mois de janvier, indiquant se sentir préoccupé par le « profond sentiment d'isolement, mais aussi les vraies difficultés pédagogiques » de certains étudiants.

Le 22 février 2021, sur RTL, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal affirmait que, d'ici la fin du mois, "tout le monde aura repris" en présentiel, "toutes les universités et dans toutes les disciplines". Selon la ministre, "tous les établissements sont en capacité de réaccueillir des étudiants en présentiel". "Plus de 75% ont mis en place les nouveaux emplois du temps", avait-elle fait savoir, précisant que sur les "un peu plus de 90% des étudiants à qui on a proposé ces emplois du temps, 60% reviennent et 40% restent en distanciel".  

Ce vendredi 28 mai, Frédérique Vidal persiste et signe : « L’objectif, c’est une rentrée à 100 % en présentiel », affirme la ministre dans les colonnes du Parisien. « Certains chefs d’établissement ont indiqué qu’ils pourraient en partie continuer à utiliser des outils numériques. Il faudra garder le meilleur de cette année compliquée. On a mis à la disposition des enseignants et des établissements des autotests pendant cette période d’examens, on continuera. On imagine aussi que la majorité des étudiants sera vaccinée », ajoute-t-elle.

Le gouvernement semble donc se préparer pour une troisième année scolaire placée sous le signe du Covid-19. Une année qu'ils espèrent cependant moins chaotique, surtout si la ministre de l'Enseignement supérieur compte sur le fait qu'une majorité d'étudiants sera vaccinée contre le virus.

Cependant, la ministre le promet, « il n’y aura pas d’obligation de vaccination. En France, nous avons la chance d’avoir des capacités qui permettent à tout Français qui le souhaite d’être vacciné à la fin de l’été. Dans les établissements supérieurs, on accueille aussi des étudiants internationaux, on organisera des prérentrées vaccinales pour eux. Nous partons du principe qu’ils seront soumis aux règles d’entrée au sein de l’Union européenne. Mais nous travaillons aussi à un protocole qui permette d’inclure les étudiants internationaux dans la campagne. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche