Un confinement plus long ou plus strict prévu par le gouvernement

Par Elodie D. · Publié le 9 novembre 2020 à 15h34 · Mis à jour le 9 novembre 2020 à 16h46
Le confinement sera-t-il plus long que jusqu'au 1er décembre, voire plus strict ? Commencé le 30 octobre, pour une durée d'un mois, le confinement pourrait être allongé jusqu’à Noël ou jusqu'au Nouvel An. Et se renforcer encore, avec des sanctions. En tout cas, l'hypothèse existe et est prévue dans le dernier projet de budget du ministère de l'Economie.

Le gouvernement anticipe un reconfinement plus long et plus strict, jusqu'à la fin de l'année s'il le faut. Si aucun ministre n'en parle, laissant planer un espoir de "fêter Noël le plus normalement possible", en famille, le ministère de l'Économie, pragmatique, a rectifié sa loi de finances pour 2020 avec une enveloppe de 20 milliards supplémentaires.

Ce budget supplémentaire a été ajouté pour « laisser la possibilité à l’État de faire face à la plus mauvaise des hypothèses, bien que, les uns et les autres, nous ne la souhaitions pas », selon les mots d'Olivier Dussopt, le ministre adjoint chargé des Comptes publics.

Dans le gouvernement, le mot d'ordre semble être de ne pas décourager les Français, et de leur rappeler l'importance du respect du confinement. Lors de son point presse, Olivier Véran, accompagné du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a appelé les Français à « se ressaisir » et à « continuer à se battre » pour résister à « l’amertume, à la fatigue, à la lassitude légitime ».

Mais quand les questions se font précises, sur l'achat des billets de train par exemple, Jean-Baptiste Djebbari rétorque habillement que « De toute façon, les billets de train, les billets d’avion que vous achetez aujourd’hui sont remboursables et échangeables sans frais. »

De leur côté, les commerçants crient à l'aide, et demandent à rouvrir le 12 novembre dans une tribune au JDD, eux qui ont dû fermer boutique. Une aide de 10.000 euros leur est proposée, et Bercy leur promet que les ventes en click&collect ne feront pas baisser cette enveloppe d'aides

Selon une enquête IFOP-Nocom réalisée au lendemain de l’annonce du second confinement, le 29 octobre, 53 % des personnes interrogées misaient sur une prolongation dudit confinement jusqu’à mi-décembre et 35 % après les fêtes. Mieux, 71 % se disaient « prêts à l’accepter ».

Il faut rester confinés jusqu'à la fin de la seconde vague. Puis après ? À écouter Olivier Véran, « À la fois pour des raisons de faisabilité et à la fois pour des raisons de solidarité entre les générations (…) [le reconfinement des personnes âgées] n’est pas une solution que nous avons retenue et que nous retiendrons. » Des « mesures de contrôle » des personnes testées positives au Covid-19, pour s'assurer qu'elles respectent leur confinement et ne propagent pas le virus « justifie un débat démocratique ».

Reste que le Père Noël passera bien de maison en maison la nuit du 24 au 25 décembre.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche