De la poussière d'astéroïde ramenée sur Terre avec succès, une première

Par Elodie D. · Publié le 6 décembre 2020 à 14h45 · Mis à jour le 6 décembre 2020 à 14h48
De la poussière d'un astéroïde situé à 300 millions de kilomètres de la Terre a été ramenée par la sonde japonaise Hayabusa-2 ("faucon pèlerin" en japonais). Elle a prélevé une centaine de milligrammes de particules de l'astéroïde Ryugu ("palais du dragon"), une première au monde. "Une boîte à trésors", a déclaré le chef de projet, qui va être partagée entre la JAXA, la NASA et des organisations internationales pour des études.

"On vit un moment historique. Ce sont les premiers échantillons d'un astéroïde carbonique qu'on ramène sur Terre", se réjouit Patrick Michel, membre de l'équipe Hayabusa-2 et chercheur au CNRS, interrogé par TF1. Ce moment historique est dû à la complexité de la mission spatiale, car la sonde a dû forer un astéroïde sans se poser, avant d'aspirer les particules de roche en moins d'une seconde en s'approchant au plus près de la surface de l'astéroïde. Le tout, donc, en orbite ! Un succès réalisé en 2019. Il aura ensuite fallu plus d'un an à la sonde pour revenir sur Terre. 

Pourquoi donc vouloir de la poussière d'astéroïde ? Il s'avère que la composition des astéroïdes ne change pas radicalement dans le temps, contrairement à la composition des planètes et des autres gros corps célestes. "On peut donc penser que des substances datant de 4,6 milliards d'années s'y trouvent toujours" selon le chef de la mission, Makoto Yoshikawa.

Après des mois de voyage, la sonde Hayabusa-2 est revenue a 223.000 kilomètres de la Terre et à lâché la capsule contenant les fragments de roche. À 02h30 du matin dimanche au Japon (18h30 samedi en France), la capsule de 40 cm a atterri dans le désert de Woomera, dans le sud de l'Australie. Elle a été repérée grâce à son émetteur et les échantillons récupérés.

Ils vont être étudiés en Australie, pour détecter des émissions de gaz, avant d'être transférés par avion au Japon. La moitié de la matière recueillie sera partagée entre les organisations internationales, dont la JAXA (l'agence spatiale Japonaise) et la NASA. Le reste sera conservé pour le futur, mais les Japonais comptent bien prélever à nouveau des échantillons très rapidement.

La sonde Hayabusa-2 continue son trajet. Elle va maintenant se diriger vers le Soleil et va passer 6 ans à enregistrer des données sur la poussière "dans l'espace interplanétaire et à observer des exoplanètes". Puis, en juillet 2026, elle se dirigera vers l'astéroïde 2001 CC21 avant se de rendre vers l'astéroïde 1998 KY26, d'un diamètre de seulement 30 mètres, qu'elle atteindra en juillet 2031.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche