Darmanin reçoit les syndicats de policiers et fait quelques concessions

Par Alexandre G. · Publié le 18 décembre 2020 à 15h37 · Mis à jour le 18 décembre 2020 à 15h38
Alors que la gronde des policiers et gendarmes fait de plus en plus de bruit, le ministre de l'Intérieur a reçu ce vendredi 18 décembre 2020 les représentants des forces de l'ordre. Avant la tenue du "Beauvau de la Sécurité" en janvier, ces derniers auraient obtenus de l'exécutif la gratuité des transports publics pour les trajets domicile-travail ainsi que d'autres concessions, comme l'assurance de garder l'article 24 du projet de loi "sécurité globale".

Face à la colère des forces de l'ordre, l'État distribue (en avance) les cadeaux de Noël. Ce vendredi 18 décembre, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a reçu place Beauvau les représentants des syndicats de policiers et gendarmes. Alors que le contexte social est particulièrement tendu avec de nombreux rassemblements contre la loi "sécurité globale" et les violences policières, les forces de l'ordre expriment à leur tour leur frustration.  

Dans des rassemblements non déclarés sur la place de l'Étoile à Paris, mais aussi à Rennes, les policiers et gendarmes protestent "contre les propos d'Emmanuel Macron" sur les contrôles aux faciès, prononcés pendant l'interview accordée au média Brut début décembre. Pour calmer ce climat tendu, le ministre de l'Intérieur aurait, selon les informations révélées par Le Figaro, accordé quelques concessions aux syndicats Alliance et Unsa présents. En premier lieu, la gratuité des transports publics pour les policiers et gendarmes dans leurs trajets domicile-travail, effective à partir du 1er janvier 2021. 

Dans le même temps, les forces de l'ordre ont obtenu la non-dissolution de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Cette organisation passe notamment au peigne fin les cas judiciaires d'agressions de policiers. "Nous voulons connaître la réalité du traitement judiciaire pour les personnes coupables d'agression sur toute personne dépositaire de l'autorité publique" réclame Thierry Clair du syndicat Unsa. 

Dernière promesse avancée par Gérald Darmanin : "l'article 24 (de la loi 'sécurité globale') n'est pas enterré" confirme un des représentants au Figaro. En ce sens, Fabien Vanhemelryck du syndicat Alliance précise que "le ministre a confirmé que la volonté du gouvernement restait intacte" à ce sujet. "Une protection contre les diffusions malveillantes de contenus est absolument nécessaire. Gérald Darmanin nous a assuré qu'il partageait toujours notre avis" appuie-t-il. Enfin, le syndicaliste se félicite que le gouvernement soit "revenu à la raison". Le "Beauvau de la sécurité" promis par le chef de l'État doit démarrer courant janvier

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche