Robert Hossein est décédé à l'âge de 93 ans, ses obsèques auront lieu dans l'intinmité familiale

Par Julie M., Laurent P. · Publié le 2 janvier 2021 à 17h14 · Mis à jour le 2 janvier 2021 à 17h19
Triste nouvelle pour le monde du spectacle ! Robert Hossein, acteur, réalisateur et metteur en scène, connu pour ses adaptations titanesques de Ben-Hur ou encore, plus récemment, de Jean Paul II, est décédé ce jeudi 31 décembre 2020 à l'âge de 93 ans. Ses obsèques auront lieu à Vittel dans l'intimité familiale le mercredi 6 janvier 2021 annonce son épouse. Mais la veuve précise que "Pour le public et les amis artistes de Robert, il y aura une messe commémorative à Paris courant janvier"

Il faisait "du théâtre comme au cinéma"... Robert Hossein, acteur, réalisateur et metteur en scène, s'est éteint ce jeudi 31 décembre 2020 à l'hôpital, seulement quelques heures après avoir célébré ses 93 ans. Son épouse, Candice Patou précise que son épouse s'est éteint dans une clinique près de Nancy et annonce qu'"Il n'est pas décédé du coronavirus".

Un véritable showman connu des plus jeunes générations pour ses spectacles titanesques autour de personnalités ayant marqué l'histoire du monde. Jésus, Jules César, Ben-Hur, Jean-Paul II... Autant de succès ayant rempli les stades, pour du spectacle démesuré digne des plus grandes scénographies du cinéma.

Robert Hossein commence à 15 ans de se consacrer aux arts dramatiques et décroche par-ci par-là des petits rôles, jusqu'à un premier succès sur les planches en 1953, Du plomb pour ces demoiselles, comédie signée Frédéric Dard. La consécration viendra un peu plus tard, avec une pièce qu'il a écrite et jouée en 1954, Responsabilité limitée, avec en tête d'affiche Jean Rochefort et Jean-Louis Trintignant, entre autres. Puis le comédien passe par la case cinéma, avec plusieurs succès, dont le plus connu, sans doute, Angélique, Marquise des Anges, avec Michèle Mercier dans le rôle-titre. Robert Hossein y tient le rôle de son époux, le comte Joffrey de Peyrac.

En 1970, il fonde son propre "théâtre populaire", à Reims, ainsi qu'une école d'art dramatique d'où sont sorties, entre autres, Anémone, Francis Huster, Jacques Villeret ou encore Isabelle Adjani. À partir de 1978, le metteur en scène décide de créer tous les deux ans un spectacle démesuré, joué dans des salles qui le sont tout autant, voulant faire "du théâtre comme au cinéma !". Et les succès s'enchaîneront : Jules César, Les Misérables, Le Cuirassé Potemkine, Notre-Dame-de-Paris, Danton et Robespierre, L'Affaire du Courrier de Lyon, Jésus la résurrection, C'était Napoléon !, Ben-Hur, Jean Paul II... Autant de personnages et d'oeuvres populaires mis en scène, avec un seul crédo pour chaque spectacle : prêcher l'espérance. 

Un homme qui a réussi le pari de faire entrer le théâtre dans la vie de nombreux Français à travers ses spectacles et qui continuera de marquer les esprits pendant encore un bon moment.

Si ses funérailles auront lieu mercredi à Vittel, dans l'intimité familiale, une messe commémorative devrait être organisée à Paris dans courant du mois de janvier pour honorer la mémoire de ce grand Homme.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche