Réinventer Paris : la capitale va transformer 60.000m2 de bureaux en logements

Par Elodie D. · Photos par My B. · Publié le 9 février 2021 à 13h20 · Mis à jour le 10 février 2021 à 12h26
La mairie de Paris profite de la crise du covid pour transformer des bureaux en logements. Le Tati Barbès, le Garage Renault quai de Grenelle, le Garage PSA de l'avenue de République, ce mardi 9 février 2021, Emmanuel Grégoire a annoncé de grandes transformations dans Paris et a appellé les propriétaires de foncier tertiaires à proposer leurs biens à la vente, dans le cadre de Réinventer Paris. Une démarche gagnant-gagnant selon l'élu.

Une razzia qui va donner le sourire à Anne Hidalgo. Ils seraient une dizaine d'acteurs à avoir décidé de céder leurs bâtiments commerciaux et de les transformer en logements, répondant ainsi à l'appel à projets de la Mairie de Paris. Alors que la capitale connait une pénurie de logements, cette bouffée d'air permettra, espère-t-on à la mairie, de baisser la tension et de "rééquilibrer l'offre dans les quartiers".

Lors d'une conférence de presse, Emmanuel Grégoire, premier adjoint et adjoint à la Maire de Paris en charge de l'urbanisme, de l'architecture, du Grand Paris, de la transformation des politiques publiques et des relations avec les arrondissements, a présenté les 6 premiers projets liés à cet appel à projets "Réinventer Paris : transformer des bureaux en logements", soit 60,000m2 de logements regagnés. Pour l'édile, il n'existe pas d'objectif chiffré, mais il compte récupérer quelques 700,000 à 800.000m2 de bureaux dans les années à venir. À titre de comparaison, entrée 2001 et 2014, 378.000 m2 de bureau avaient été transformés en logement, et 350.000m2 pendant la première mandature d’Anne Hidalgo.

Cet appel à projets arrive à pic : la demande de bureau est aussi intense que celle des logements. Emmanuel Grégoire le concède, seuls 1% du parc de 16 et 18 millions de m2 était vacant avant la crise selon l'APUR, mais la "crise du covid crée des questionnements et un ralentissement de la demande des bureaux. La crainte de ne pas pouvoir relouer leurs bureaux est réelle". La Mairie en profite donc, et permet de répondre à son enjeu en matière de logement abordable du même coup.

L'idée de cet appel à projets n'est pas de racheter des bâtiments par la ville. Non, il est d'accompagner vendeurs comme acheteurs, de superviser les projets, et de sélectionner le projet retenu. Pour chaque projet, un jury composé des représentants du propriétaire, dans une proportion majoritaire ;des représentants de la ville et d'experts en architecture et en urbanisme sélectionnera le projet retenu et lui donnera son permis de construire. Évidemment, la mairie en profitera pour mettre en avant les promoteurs qui respecteront la vision de la ville de demain, avec un accent sur le logement abordable.

Lors de cette présentation, 6 bâtiments ont été proposés à la vente, il s'agit du Siège de l’AP-HP (25.000m2 avenue Victoria), du Tati Barbès (6500m2), d'un Garage Renault (10.000m2 quai de Grenelle), d'un garage PSA avenue de la République, d'un site universitaire 19 rue des Bernardins et d'un centre de distribution électrique rue d’Aboukir. Pour chacun des sites, la mairie affiche des objectifs différents. Par-ci 30% à du logement social, par là 60% de logement social, et des activités annexes. Et sous couvert d'offrir son expertise aux promoteurs immobiliers, elle s'assure le respect "d'un très haut niveau d'exigence en matière de matériaux de construction, de préservation du bâti existant (y compris de la dimension patrimoniale et historique" et un moyen de mettre en pratique les grandes orientations du PLU bioclimatique qu'on a initié."

Cet appel à projets Réinventer Paris : transformer les bureaux en logements est le 3e. Par le passé, la mairie de Paris avait déjà lancé des appels à transformation des sous-sols et des abords de la Seine, avec plus ou moins de succès.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche