Santé mentale : les psychologues bientôt remboursés par la Sécurité Sociale ?

Par Elodie D. · Publié le 17 février 2021 à 12h34 · Mis à jour le 17 février 2021 à 12h39
Alors que la santé psychique des Français inquiète, la Cour des comptes réclame que les psychologues soient remboursés par la Sécurité sociale, comme c’est le cas dans 4 départements tests. L’institut estime qu’au moins un tiers des consultations en centres médico-psychologiques (CMP) devraient plutôt se faire chez un psychologue, afin d’opérer un filtrage.

Le rapport, dévoilé mardi 16 février, met à mal le système de soins de santé mentale et de psychiatrie en France. Dans le document de 189 pages accessible en ligne, la Cour des Comptes souligne un système défectueux qui peu efficient, avec des leviers traditionnels « peu mobilisés » et des outils « empilés sans cohérence suffisante », qui mène à « des parcours des patients pénalisés » et une « organisation du système de soins illisible ».

Les rapporteurs de la Cour des Comptes font état d’un système en berne depuis les années 1990, qui a « d’ailleurs fait l’objet de critiques récurrentes de la part du rapporteur spécial de l’ONU, qui considère que le virage vers des soins “inclusifs” y est trop lent au regard des engagements pris » pointent-ils dans le document. Et de proposer 7 recommandations pour améliorer le système de soins et réduire son coût.

En plus de réaliser une enquête sur l’état de la santé mentale en France sur la population tous les dix ans, la Cour des Comptes estime qu’il faut prévoir « un accès aux soins en centre médico-psychologique pour les adultes avec un filtrage d’un service de première ligne » et « un usage obligatoire d’une échelle de sévérité des pathologies et la transmission des données anonymisées correspondantes, dans le cadre des données transmises à l’ATIH par les établissements ». Comprendre un accès aux soins après un passage chez un médecin traitant qui orienterait le patient vers un centre médico-psychologique, ou des consultations chez un psychologue libéral.

Elle recommande aussi de généraliser dès que possible la prise en charge par l’assurance maladie des psychothérapies faites par des psychologues et prescrites par le médecin traitant, et ce, afin d’« éviter de recourir de manière abusive et souvent inefficace à des soins spécialisés, plus coûteux. »

En effet, en se basant sur les données de 2018, avec un tiers des hospitalisations de longue durée qui ne sont pas pertinentes et un coût de 333 euros par jour d’hospitalisation, la Cour des Comptes évalue les marges permises par le redéploiement de moyens intra-hospitaliers à environ 800 millions d’euros par an.

Par ailleurs, la Cour des Comptes réclame une révision des normes techniques, qui seraient actuellement « inexistantes » dans les secteurs public et privé non lucratifs, et « très limitées » dans le privé lucratif. Cela en va « du respect de la dignité du patient ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche