Un an sans public : les professionnels du secteur appellent l’État à « déconfiner la culture »

Par Caroline J. · Publié le 1 mars 2021 à 16h14 · Mis à jour le 1 mars 2021 à 16h20
Voilà un an que le monde de la culture subit de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire. Avec des salles de concert et de spectacle fermées, privées de public, une vingtaine de professionnels du secteur interpellent le gouvernement dans une lettre ouverte publiée le 28 février dans le Parisien. Toutes et tous demandent à l’État de « déconfiner la culture ».

La Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), Technopol ou encore la SRF (société des réalisateurs de films), et le Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles)… Ces poids lourds du milieu culturel font partie de la vingtaine de signataires réclamant la réouverture des lieux culturels. Privés de public depuis exactement un an, les professionnels du monde la culture ont adressé une lettre ouverte au gouvernement, publiée le 28 février 2021 dans les colonnes du Parisien

#RebranchonsLaCulture : tel est le mot d’ordre choisi par ces acteurs du secteur, en grande difficulté depuis maintenant un an. « Le 29 février 2020, à l’issue d’un Conseil des ministres exceptionnel, le ministre de la Santé annonçait plusieurs mesures pour éradiquer l’épidémie de Covid-19, dont l’annulation des rassemblements de plus de 5 000 personnes dans les lieux fermés, très rapidement suivie par la fermeture des cinémas et des lieux de spectacle dans les premiers départements concernés. Premier secteur confiné, la culture est aujourd’hui l’un des derniers à le rester » écrivent les signataires de cette lettre ouverte. « Depuis un an, la culture est soumise à un stop & go répétitif et imprévisible : musées, théâtres, cinémas, salles de spectacles ou lieux d’expositions ont dû fermer, puis rouvrir, et fermer à nouveau. Elle n’a jamais pu bénéficier de visibilité sur son calendrier de reprise » poursuivent-ils.

« Un an de confinement pour la culture, cela signifie concrètement que de très nombreux artistes, auteurs et créateurs ne peuvent plus pratiquer leur métier, ni vivre de leur art » alertent-ils.

Les acteurs culturels détaillent l’impact économique de la crise sanitaire qui sera, selon eux, « durable ». « Comme le redoutent de nombreux professionnels de la culture depuis plusieurs mois, la France risque tout simplement de créer une « génération sacrifiée » d’artistes et d’acteurs culturels. Nombre d’entre eux vont devoir renoncer à leur métier, faute de pouvoir en vivre ; et de très nombreux talents en devenir ne pourront jamais éclore » expliquent-ils.

Saluant les « expérimentations » qui vont être faites dans certains secteurs du spectacle vivant, les professionnels du milieu réclament davantage de visibilité et notamment un calendrier de réouverture des lieux culturels, comme Boris Johnson l’a fait au Royaume-Uni.

Ils appellent désormais l’État à « déconfiner la culture, dans des conditions compatibles avec le fonctionnement et le modèle économique de chacun ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche