Santé : un produit cancérogène utilisé dans des crèmes solaires et anti-âge

Par Cécile D. · Publié le 8 mars 2021 à 17h38 · Mis à jour le 8 mars 2021 à 17h39
Un ingrédient très souvent utilisé dans les produits anti-âge et les protections solaires est soupçonné de devenir cancérogène lorsque le produit vieillit. L'équipe de chercheurs franco-américaine révèle également que cet élément est présent dans les marques de soin les plus utilisées.

Une équipe de chercheurs franco-américains a étudié et analysé une quinzaine de crèmes solaires et de produits anti-âge vendus en France et aux États-Unis. Dans un rapport publié ce 8 mars 2021 dans la revue spécialisée Chemical Research in Toxicology, ces experts dévoilent que de nombreux produits possèdent un élément chimique potentiellement cancérigène.

L'otrocrylène est présent dans de nombreux produits cosmétiques comme des crèmes hydratantes, des shampooings, des crèmes solaires et des autobronzants. Cette molécule, qui sert de filtre de protection contre le soleil, possède une particularité funeste : elle se transforme en benzophénone lorsque le produit vieillit, c'est-à-dire un perturbateur endocrinien.

De nombreuses marques bien connues des consommateurs utilisent cet élément. Les chercheurs pointent du doigt Garnier, Uriage, Bioderma, Nivea, la Roche-Posay, L'Oréal, Neutrogena ou Cosmi.

Lors de leurs recherches, les scientifiques ont fait subir aux quinze produits testés un processus de vieillissement accéléré : l'équivalent d'une année passée à température ambiante. Le Professeur Philippe Lebaron, co-auteur de cette étude, explique à l'AFP qu'« au départ, il y a très peu de benzophénone dans les produits. Mais progressivement, avec le vieillissement du produit, il y a de plus en plus de benzophénone. C'est la première fois que l'on montre cette dégradation de l'octocrylène en benzophénone. »

Le chercheur espère que cette expérience permettra de faire interdire l'utilisation de cette molécule dans les produits cosmétiques et de soin, car elle est facilement absorbée par la peau, selon le Professeur Lebaron. L'usage de cette molécule constitue autant une menace pour les consommateurs que pour l'environnement.

En effet, l'octocrylène peut se révéler néfaste pour les coraux et la vie marine : « Certains fabricants l'ont retiré de leurs crèmes solaires pour des raisons environnementales », assure Philippe Lebaron. La benzophénone, elle, peut créer des cancers du foie et des lymphomes, ainsi que des problèmes dermatologiques chez les animaux. Cette molécule est également jugée cancérogène pour l'Homme par l'unité de Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS.

Il y a quelques mois déjà, des associations de consommateurs mettaient en garde les parents contre certaines crèmes solaires dangereuses pour les enfants. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche