Covid : la saison 2021 des mariages est-elle menacée par la crise sanitaire ?

Par Caroline J. · Publié le 30 mars 2021 à 12h24 · Mis à jour le 30 mars 2021 à 12h24
Se dirige-t-on vers une nouvelle année blanche pour les mariages ? Alors qu'un durcissement des mesures sanitaires pourrait être décidé afin de freiner l’épidémie de Covid-19 en France, les futurs mariés s’inquiètent quant au maintien des cérémonies de mariages prévues ce printemps et cet été. On fait le point sur la situation.

Après avoir vécu une année 2020 catastrophique en raison de la crise sanitaire, les organisateurs de mariages s’inquiètent pour l'avenir et la saison 2021 des mariages.

Plusieurs départements font face à un regain de l’épidémie de Covid-19 et sont actuellement soumis à des « mesures de freinage massives ». Si les mariages sont considérés, à ce stade, comme étant un motif impérieux, la donne pourrait changer dans les jours à venir. Emmanuel Macron pourrait s’exprimer à l’issue d’un nouveau Conseil de défense sanitaire et durcir les actuelles mesures en vigueur. Dès lors, la saison 2021 des mariages pourrait être menacée, entraînant le report ou bien l’annulation de plusieurs cérémonies de mariages.

D’ordinaire, chaque année en France, plus de 200.000 couples se disent oui devant le maire. Selon les chiffres de l'INSEE, en 2020, 155.000 mariages ont été célébrés civilement, à la mairie, soit une baisse d'environ 30% par apport à 2019. Du côté des cérémonies festives organisées traditionnellement lors de chaque mariage, seules 40.000 d’entre elles ont eu lieu l’année dernière en raison des restrictions mises en place et du nombre limité de convives.

Alors, le même scénario risque-t-il de se reproduire ce printemps et cet été ? Se dirige-t-on vers une nouvelle année blanche des mariages ? C’est ce que redoutent de nombreux professionnels du secteur. Selon les informations relayées par RTL et Europe 1, certains couples n’hésitent plus à annuler leur mariage, sans visibilité pour les mois à venir.

"Ceux qui ont déjà dû repousser une ou deux fois ne voient pas le bout du tunnel. Ils n’ont plus le goût à la fête", a expliqué Mélissa Humbert, présidente de l'Union des Professionnels Solidaires de l’Evènementiel (UPSE), à nos confrères d’Europe 1. "Et les mariés demandent le remboursement des acomptes qui ont été encaissés souvent en 2019. Aujourd'hui, on n'a pas la possibilité de rembourser ces acomptes. On est aussi dans des situations juridiques qui sont compliquées avec les mariés." a-t-elle ajouté.

Mais quid des mois les plus prisés par les futurs mariés, à savoir les mois de juillet et d'août ? Pour le moment, le secteur reste dans le flou et certains professionnels espèrent que les futurs mariés se plieront au protocole sanitaire étudié par le gouvernement, à savoir la mise en place de tests PCR et le port du masque obligatoire.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche