Economie : « le chômage est revenu à son niveau d’avant crise », affirme Élisabeth Borne

Par Cécile D. · Publié le 30 août 2021 à 15h13
L'économie remonte la pente peu à peu, après une année catastrophique, entachée par la pandémie. La ministre du Travail Elisabeth Borne s'est réjouie de constater que « le chômage est revenu à son niveau d’avant crise », ce lundi 30 août 2021.

Confinement, fermeture des entreprises non-essentielles, chômage partiel, fermeture des frontières, paralysie mondiale du commerce... L'année 2020 a été un véritable scénario catastrophe pour l'économie. Il semble cependant que le plus dur soit derrière nous : la ministre du Travail Elisabeth Borne a affirmé, ce lundi 30 août sur BFMTV que « le chômage est revenu à son niveau d’avant crise » - soit autour des 8% au second trimestre de 2021.

Une très bonne nouvelle pour la ministre et son collègue Bruno Le Maire, qui se réjouissent de voir la consommation et la croissance économique de la France repartir. 

Les taux d'embauche montent, le chômage partiel baisse : une équation idéale pour Elisabeth Borne. « On a eu beaucoup de bonnes nouvelles sur le front de l'emploi ces dernières semaines avec des niveaux d'embauches historiques, les chiffres de l'activité partielle en juillet sont en très forte baisse : il y avait 1,4 million de salariés concernés en juin et on est passé à 600 000 en juillet [soit 3% des salariés du privé, NDLR], ça montre que notre activité économique repart très fort », explique la ministre.

Et les salariés qui sont encore en activité partielle ? Principalement des personnes fragiles, dont la santé ne permet pas une reprise complète, assure la Dares dans son dernier rapport. « Le principal motif de recours au chômage partiel en juillet demeure l’indisponibilité des salariés considérés comme fragiles/vulnérables ou en situation de garde d’enfants (48% des cas). Suivent ensuite les réductions des débouchés et des commandes (31%). La proportion de salariés couverts par un accord sur l'activité partielle de longue durée (APLD) est inchangée en juillet par rapport aux mois précédents », lit-on dans ce document.

Cette reprise de l'activité pour les travailleurs s'accompagne d'une reprise de la consommation. Sur France Inter, Bruno Le Maire ne cache pas non plus sa joie : « Tout le travail que nous avons fait avec les acteurs économiques donne des résultats : 6 % de croissance en 2021, le retour à la normale d’ici fin 2021, et surtout un niveau de chômage revenu au niveau d’avant-crise », s'enthousiasme le ministre de l'Economie.

Cette reprise économique permet donc au gouvernement de mettre fin aux aides d'urgence, mises en place pendant la crise sanitaire et économique. De nombreuses entreprises vont perdre cette béquille ; les professionnels toujours marqués par ces derniers mois difficiles demandent la prolongation des aides.

Bruno Le Maire et Elisabeth Borne ont indiqué qu'une réunion avec quelques représentants du commerce, du tourisme ou de l'économie était prévue : certains secteurs pour qui la reprise est plus difficile pourront continuer à toucher les aides spéciales.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche