Paris 2024 : la justice suspend la construction de la piscine olympique d'Aubervilliers

Par Alexandre G., Graziella L. · Photos par Alexandre G. · Mis à jour le 20 septembre 2021 à 14h46 · Publié le 20 septembre 2021 à 14h46
Alors que les militants écologistes qui occupaient l'espace en passe d'être détruit pour la construction d'une piscine olympique en vue des futurs JO de Paris 2024 en ont été évacués il y a une semaine, les associations déposaient ce mercredi 15 septembre 2021 un recours devant le cour administrative d'appel de Paris. Ce lundi 20 septembre 2021, ils ont obtenu gain de cause : la justice suspend le permis de construire de la piscine d'Aubervilliers.

La construction de la piscine olympique d'Aubervilliers de Paris 2024 suspendue par la justice. D'après des informations obtenues par l'AFP, la cour administrative d'appel de Paris a suspendu ce lundi 20 septembre 2021 les travaux de la piscine d'Aubervilliers. La piscine olympique devait servir de bassin d'entraînement pour les Jeux olympique de Paris 2024. 

Dans un arrêt de la cour publié ce lundi, il est précisé que la suspension des travaux de la piscine olympique est immédiate. "L'exécution de la présente ordonnance, qui suspend le permis de construire litigieux, implique nécessairement, comme le soutiennent à bon droit les requérants, qu'il soit immédiatement mis fin aux travaux déjà entrepris », stipule l'arrêt. Les travaux débutés le 7 septembre sont arrêtés. D'après l'AFP, la cour administrative d'appel estime qu'il y aurait eu plusieurs vices de légalité, allant notamment à l'encontre du code de l'urbanisme. 

Mercredi 15 septembre 2021, les associations de défense de l'environnement saisissaient en urgence la cour administrative d'appel de Paris, compétente au sujet des contentieux relatifs aux chantiers des Jeux olympiques.

Le projet serait incompatible, selon eux, avec l'urgence écologique. "Si on construit le projet sur les jardins familiaux, il y a rupture du corridor écologique", soutient Pierre Heddi, avocat des trois jardiniers et des deux associations mobilisées. La construction de la piscine olympique implique la destruction d'une partie du patrimoine historique de la ville d'Aubervilliers

Jeudi 9 septembre au matin, les militants présents depuis quatre mois aux Jardins ouvriers d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, étaient expulsés dans le calme par les forces de l'ordre. Ces 10 000m2 de jardins ouvriers, rare espace de biodiversité en Ile-de-France, doivent être amputés de 4000m2 pour construire une piscine olympique afin d'accueillir les Jeux olympiques 2024. "Les jardins des Vertus sont des noyaux primaires de biodiversité avec une sensibilité environnementale particulière", soutient l'avocat des requérants. 

"Ils sont en train de détruire à la pelleteuse toutes les constructions que nous avions construites : un salon, une bibliothèque, une tour…", déplore à 20 Minutes Dolorès, membre fondatrice du collectif de défense des Jardins. Ces derniers sont pourtant centenaires, et apportent un espace naturel à la ville, en plus de nourrir des familles. Mais leur existence a déjà été menacée par d'autres aménagements urbains auparavant. 

Deux associations de défense de l’environnement ont déposé un recours contre le permis de construire de la piscine olympique, car ce dernier aurait été délivré "à l’issue d’une procédure illégale" et que l’impact du projet sur "la biodiversité ou les ressources naturelles du sol" serait sous-estimé. Ce type de projet d'aménagement pour les Jeux olympiques 2024 risque d'augmenter la bétonisation et la pollution sur le long terme pour les habitants de Seine-Saint-Denis, estime Marianna Kontos, du comité citoyen de vigilance des JO-2024, auprès de 20 Minutes.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche