IVG : LREM et la Nupes souhaitent inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution

Par Audrey L. · Publié le 26 juin 2022 à 10h42
LREM et la Nupes comptent bien protéger le droit à l'IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) en l'inscrivant dans la Constitution. Suite au recul historique des États-Unis sur ce sujet, on vous donne plus de détails sur la réaction de la majorité présidentielle de notre Parlement français.

C'est la nouvelle qui a ébranlé le monde ce vendredi 24 juin 2022 : les États-Unis ont révoquer le droit à l'avortement ...
En réponse à ce revirement historique, le groupe de la majorité présidentielle, LREM, a annoncé ce samedi 25 juin 2022 le dépôt d'une proposition de loi pour inscrire "le respect de l'IVG dans notre Constitution".

Suite à cette décision qui, au delà des États-Unis, est "catastrophique pour les femmes dans le monde", Aurore Bergé, la nouvelle cheffe des députés LREM, réagit : "Cela appelle aussi à ce que nous prenions en France des dispositions pour qu’on ne puisse pas avoir demain des revirements qui pourraient exister. C’est la raison pour laquelle, dès aujourd’hui, avec mon groupe nous allons déposer une proposition de loi constitutionnelle pour inscrire le respect de l’IVG dans notre Constitution", dit-elle dans une interview accordée à France Inter.

Comme "Malheureusement, rien n’est impossible et les droits des femmes sont toujours des droits qui sont fragiles et qui sont régulièrement remis en cause", le fait d'inscrire cette loi pour protéger le droit à l'IVG (Interruption volontaire de Grossesse) dans notre Constitution, représente une "garantie" pour les femmes, car "On ne change pas la Constitution comme on change la loi", confie la parlementaire à France Inter.

Ce positionnement de la LREM intervient juste après l'annonce de l'Insoumise Mathilde Panot, qui avait indiqué la veille qu’elle allait proposer à la Nupes dès lundi de déposer une proposition de loi pour inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution.  

La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé soutenir "avec force" cette initiative, de même que le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti.

 

 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche