Reconfinement d'urgence : le plan du gouvernement en cas de seconde vague

Par Julie M., Caroline J., Cécile D. · Publié le 15 mai 2020 à 15h38 · Mis à jour le 16 mai 2020 à 11h45
Le déconfinement en France est en vigueur depuis le 11 mai 2020. Pour être prêt en cas d'une nouvelle vague de contaminations au Covid-19, Jean Castex, chargé du déconfinement au gouvernement, a proposé un plan de reconfinement. Et la prudence est de mise. Le haut-fonctionnaire prévient qu'un "reconfinement en urgence doit être anticipé", et mis en place "si le nombre de cas positifs par jour venait à doubler par rapport à ce qu'il est aujourd'hui".

Le déconfinement est en marche depuis le 11 mai 2020. Cependant, comme l'a rappelé Edouard Philippe lors de son intervention télévisée le 7 mai, le respect des gestes barrières demeure très important. Le gouvernement et les experts redoutent une deuxième vague de contamination au Covid-19. Si ce scénario devient réel, Jean Castex, chargé du déconfinement pour le gouvernement, a prévu un plan de reconfinement.

En cas de rechute donc, Jean Castex a travaillé en parallèle sur un plan de reconfinement, à la demande d'Edouard Philippe : « J’ai demandé à M. Jean Castex, d’élaborer une stratégie très concrète en associant tous les acteurs (...) Son rapport définitif a été validé, et sera rendu public dans les jours qui viennent », a expliqué le Premier ministre.

Dans ce rapport de 68 pages, dévoilé le 11 mai, Jean Castex annonce la couleur : "un reconfinement en urgence doit être anticipé". "En l'absence, à brève échéance, de vaccin ou de solution curative, la population française demeure vulnérable à une reprise de l'épidémie" précise le haut-fonctionnaire. "La possibilité d’une réversibilité des mesures doit ainsi toujours pouvoir être offerte et l'éventualité d’un reconfinement en urgence doit rester dans les esprits et être anticipée par les pouvoirs publics", insiste-t-il.

Parmi les pistes évoquées, Jean Castex recommande un "désarmement" très "progressif" des lits de réanimation à l'hôpital. Si la France devait faire face à un rebond de cas de contaminations, la réouverture de ces lits devrait pouvoir s'effectuer "très rapidement (dans des délais de 24, 48 ou 72 heures selon les lits)". Autre point évoqué par le haut-fonctionnaire : "une attention particulière devra être également apportée aux ressources humaines dans un contexte de fatigue des personnels hospitaliers, en particulier dans les régions les plus affectées par la crise".

Enfin, le "Monsieur déconfinement" du gouvernement rappelle la nécessité de "prévoir des dispositifs d'accompagnement sociaux et économiques de la nature de ceux mis en place durant la période de confinement", sans oublier de "mieux prévenir les risques psycho-sociaux du confinement, aujourd'hui mieux connus".

Mais quand et dans quel cas ce plan de reconfinement serait-il mis en application ? 

Jean Castex explique que si la situation venait à se détériorer en France, il ne faudrait pas attendre le 2 juin, date annoncée comme celle de la fin de la première phase du déconfinement, pour agir ! Si il devient nécessaire, le reconfinement devra être mis en place en urgence.  En précisant que "Chez nous, pour que nous reconfinions territorialement, il faudrait une augmentation du nombre de cas par jour doublé par rapport a ce qu’il est aujourd’hui."

Le gouvernement, autant que les Français, veut éviter un nouveau confinement. Il rappelle donc que les gestes barrières sont toujours primordiaux, et que la poursuite du confinement est conseillée (mais pas obligatoire) pour les personnes à risques

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche