Alinéa : l'offre de reprise des Mulliez examinée, près de 1000 emplois menacés

Par Alexandre G., Elodie D. · Publié le 31 août 2020 à 10h31 · Mis à jour le 31 août 2020 à 10h36
Le tribunal de commerce de Marseille examine ce lundi 31 août 2020 l'offre de reprise partielle dévoilée par la famille Mulliez pour l'enseigne d'ameublement, en redressement judiciaire depuis mai 2020. Près d'un millier de postes sont en danger.

Les salariés du groupe Alinéa vont connaître leur sort dans les prochaines heures. Ce lundi 31 août 2020, le tribunal de commerce de Marseille doit donner l'ultime feu vert à l'unique offre de reprise proposée par l'Association Familiale Mulliez (AFM) pour la marque d'ameublement Alinéa. Depuis le mois de mai, l'entreprise est en redressement judiciaire, faute d'avoir pu se démêler de la crise des gilets jaunes, des grèves, puis finalement de l'épidémie de Covid-19

Aussi, l'offre de reprise partielle proposée conjointement par (AFM) et son PDG Alexis Mulliez, (déjà actionnaire à hauteur de 15% de l'entreprise) prévoit de préserver seulement 9 des 26 magasins de l'enseigne de meubles et décoration. Au total, 865 emplois sont censés être préservés sur les 1861 que compte l'entreprise. Forcément, comme il s'agit là de l'unique offre de reprise sur la table des négociations, "il n'y a pas de suspense" comme précise Eddy Chhlang, délégué CGT chez Alinéa interrogé dimanche par l'AFP. 

Dans le même temps, la communication de l'entreprise de meuble devrait également profiter de 2 millions d'euros d'aides supplémentaires pour le retour à l'emploi, avec en bonus une enveloppe de "plusieurs millions d'euros" à répartir entre les personnes licenciées. Sur l'exercice annuel, Alinéa accuse un résultat net négatif de 62 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 257 millions d'euros.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche