Variant anglais du Covid : l'Île-de-France de plus en plus touchée

Par Cécile D. · Publié le 13 janvier 2021 à 08h53 · Mis à jour le 13 janvier 2021 à 14h12
A son tour, l'Île-de-France est touchée par la variante anglaise du Covid-19 : les cas suspects se multiplient dans la région, ce qui inquiète les autorités locales.

Détecter cette mutation du virus n'est pas facile : les centres de dépistages ont besoin pour cela d'utiliser des machines comme Thermo-Fischer, qui peuvent déceler la mutation d'une protéine. Pour confirmer ce résultat, il faut ensuite envoyer l'échantillon aux centres nationaux de référence de l'Institut Pasteur, à Paris et Lyon. Là-bas, ils effectuent un séquençage, un procédé qui s'étend sur plusieurs jours.

La menace de cette variante est prise très au sérieux : c'est désormais l'ARS qui supervise les opérations de "contact tracing" en cas de contamination au virus anglais. L'agence francilienne dévoile au Parisien que « les cas possibles ou probables sont désormais d'emblée considérés comme des cas confirmés jusqu'à la levée de doute par le séquençage. »

Pour faciliter le dépistage, l'ARS a équipé ses 21 centres d'Île-de-France de machines Thermo-Fischer. De plus, tous les tests positifs détectés dans les aéroports qui arrivent en France sont à présent doublés d'une analyse Thermo-Fischer, afin de trouver et isoler les cas le plus rapidement possible.

De fait, cette mutation d'abord détectée en Angleterre a traversé les frontières. Laurent Kbaier biologiste chez Biogroup, explique au Parisien que « parmi ces [74] cas suspects [relevés en Île-de-France], 41 n'ont pas voyagé, 48 étaient asymptomatiques, quatre reviennent de Dubaï et cinq du Liban. » Presque la moitié des personnes infectées ont moins de 30 ans : 29 sur 74. « Vu les résultats précédents, on estime que la proportion de cas confirmés par séquençage pourrait être entre 50 et 75%. », ajoute le biologiste.

L'Île-de-France est-elle en train de devenir un nid à virus anglais ? Si les contaminations au variant britannique augmentent trop rapidement, le gouvernement pourrait être amené à prendre des décisions sévères. La région pourrait être confinée ou mise en quarantaine, pour éviter que des déplacements interrégions ne propagent le virus au reste de la France. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche