Covid: les pharmaciens se préparent à administrer le vaccin d'AstraZeneca

Par Caroline J., Laurent P. · Publié le 7 février 2021 à 12h24 · Mis à jour le 8 février 2021 à 09h53
Une bonne nouvelle dans la lutte contre la Covid ! Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a annoncé le 1er février dernier que les pharmaciens pourront administrer le vaccin d'AstraZeneca. Toutefois, ce n'est pas pour tout de suite. Selon le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officines, les pharmaciens devraient commencer à vacciner « à partir certainement de fin février. »

Ils attendaient cette mesure avec impatience... Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a annoncé le lundi 1er février que les pharmaciens pourraient administrer le vaccin contre la Covid d'AstraZeneca. "Ils vont pouvoir vacciner, évidemment, parce qu’on a besoin d’eux, parce qu’on a un maillage d’officines sur notre territoire qui est extrêmement dense", a-t-il expliqué chez nos confrères de l'émission C à Vous, sur France 5.

Une mesure rendue possible en raison des conditions de conservation dudit vaccin, beaucoup plus simples pour ce produit par rapport aux deux autres vaccins actuellement sur le marché français : "S’ils ne pouvaient pas le faire jusqu’à maintenant, c’est parce qu’on a des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna qui ont des nécessités de conservation […] qui objectivement rendent très difficile pour un pharmacien de le faire dans son officine, ce qui n’est pas le cas pour AstraZeneca", poursuit le ministre.

Toutefois, si le vaccin d'AstraZeneca est arrivé en France depuis ce samedi 6 février, les pharmaciens ne sont pas encore en mesure de vacciner dans leur officine. C'est ce qu'explique Gilles Bonnefond, le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officines, à France Inter. « La pression est tellement forte que dès que les doses arrivent tout le monde communique, mais ces doses sont destinées uniquement aux établissements hospitaliers, on va commencer à vacciner en officine à partir certainement de fin février » explique-t-il. Selon France Inter, les 500 000 premières doses devraient ainsi arriver dans les pharmacies dans deux semaines. Elles seront d'abord réservées au personnel hospitalier.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche