Covid : plus de 18 000 pharmacies inscrites pour administrer le vaccin d'AstraZeneca

Par Laurent P., Caroline J. · Publié le 12 mars 2021 à 11h19 · Mis à jour le 12 mars 2021 à 12h56
Une bonne nouvelle dans la lutte contre la Covid ! Le ministère de la Santé a indiqué jeudi 11 mars que 18 402 pharmacies ont répondu à l'appel du gouvernement pour vacciner les personnes de 50 à 64 ans souffrant de comorbidités dès le 15 mars. Une vaccination rendue possible par décret, après que le Premier ministre ait ouvert la voir aux pharmacies le 4 mars dernier.

Ils attendaient cette mesure avec impatience... Jean Castex annonçait à l'occasion d'une conférence de presse le 4 mars dernier que les pharmaciens allaient pouvoir vacciner contre la Covid les personnes ayant entre 50 et 64 ans souffrant de comorbidités dès le 15 mars prochain, après avoir reçu la prochaine livraison de vaccins. Un décret concernant cette autorisation est par ailleurs paru le 5 mars dernier.

Ce jeudi 11 mars, l'ouverture de la vaccination aux pharmacies prend forme... Et pour cause : le ministère de la Santé annonçait qu'un peu plus de 18 000 officines avaient répondu présentes pour participer à la campagne vaccinale : "18 402 officines ont commandé des flacons, réparties entre 17 698 officines qui ont commandé deux flacons et 704 qui ont commandé un flacon, soit un total de 36 100 flacons", explique-t-on au ministère

Le 1er février déjà, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, annonçait que les pharmaciens allaient pouvoir administrer le vaccin d'AstraZeneca. "Ils vont pouvoir vacciner, évidemment, parce qu’on a besoin d’eux, parce qu’on a un maillage d’officines sur notre territoire qui est extrêmement dense", expliquait-il chez nos confrères de l'émission C à Vous, sur France 5.

Une mesure rendue possible en raison des conditions de conservation dudit vaccin, beaucoup plus simples pour ce produit par rapport aux deux autres vaccins actuellement sur le marché français : "S’ils ne pouvaient pas le faire jusqu’à maintenant, c’est parce qu’on a des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna qui ont des nécessités de conservation […] qui objectivement rendent très difficile pour un pharmacien de le faire dans son officine, ce qui n’est pas le cas pour AstraZeneca", poursuit le ministre.

À noter que les livraisons devraient s'accélérer drastiquement, avec 23 millions de doses de prévues sur le territoire en mars-avril, contre 7 millions pour les mois de janvier-février. Pour rappel, plus de 3 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin dans l'hexagone, et 1 million a reçu leur deuxième dose lorsque celle-ci est nécessaire.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche