Covid : Jean Castex organise une réunion sur la vaccination des soignants ce jeudi 8 juillet

Par Cécile D., Caroline J. · Publié le 5 juillet 2021 à 14h15 · Mis à jour le 5 juillet 2021 à 14h15
Alors que l'obligation vaccinale continue de diviser certains professionnels de santé, de plus en plus de voix s’élèvent et appellent les soignants à se faire vacciner. Après avoir consulté les élus locaux Jean Castex se prépare pour une nouvelle réunion avec les responsables des groupes parlementaires, ce jeudi 8 juillet.

Depuis plusieurs semaines maintenant, la vaccination obligatoire chez les soignants fait débat. Mercredi 30 juin, le Pr Jean-François Delfraissy indiquait avoir « changé d'avis » au sujet de la vaccination obligatoire. Désormais, le président du Conseil scientifique l’affirme, il faudrait envisager « dès maintenant » celle des soignants, « en particulier des soignants en EHPAD, mais pas seulement » : « Je vous le dis très franchement, j'étais contre l'obligation (de vaccination), et il me semble que maintenant, on a atteint le niveau où on doit envisager l'obligation de vaccination des soignants. » a-t-il fait savoir sur France Inter.

Même avis pour le Dr Luc Duquesnel, de la Confédération des syndicats médicaux français. « On a été incitatif, on a essayé de convaincre, et pour les gens que l’on n’a pas pu convaincre, je pense qu’il faudra arriver à cette obligation vaccinale (des soignants, ndlr) dans l’intérêt de la population générale », a estimé ce spécialiste sur France Info.

Le 30 juin, la Fédération hospitalière de France a elle aussi appelé à rendre obligatoire la vaccination « pour tous les professionnels de santé et tous ceux qui sont au contact des patients et des résidents » d’Ehpad.

Jean Castex a repris ce dossier épineux, organisant plusieurs réunions pour discuter et peut-être mettre en place une loi rendant la vaccination obligatoire pour les soignants. L'exécutif tente d'endiguer en urgence la propagation du variant delta, qui pourrait amener une quatrième vague épidémique dès la fin du mois de juillet 2021.

Le Premier ministre a donc rendez-vous ce lundi 5 juillet avec les représentants des élus locaux, pour discuter d'une mise en place possible de cette obligation vaccinale. Jeudi 8 juillet, le chef du gouvernement rencontre "les grands élus" pour une nouvelle discussion à ce sujet, révèle France Info. Un projet de loi pourrait émaner d'ici la fin de la semaine.

En revanche, certains désapprouvent cette idée, à l’instar de Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). Selon lui, « la vaccination obligatoire des soignants serait contre-productive », a-t-il expliqué dans les colonnes du JDD ce même 30 juin. 

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, avoue lui aussi dans les colonnes du Monde être contre cette obligation. Le syndicaliste assure être vacciné mais estime que ce choix doit rester personnel pour les soignants. « Il vaut mieux convaincre plutôt que contraindre. Il faut voir pourquoi une partie des soignants ne veut pas se faire vacciner, il y a certainement des raisons, donc il vaut mieux discuter plutôt que d’imposer. »

Le représentant de la CGT ajoute que « quand on est à l’extérieur, on peut avoir un avis, mais c’est mieux d’écouter ceux qui sont à l’intérieur et qui ont beaucoup donné ». Il incite également à « plus respecter les soignants », qu’« on ne peut pas les montrer du doigt aujourd’hui après les avoir applaudis toute l’année dernière ».

Le 6 mars dernier déjà, l'Ordre des médecins sortait de l'ombre en rappelant "l'exigence éthique" des soignants et en faisant appel à leur "devoir d'exemplarité". « La protection des patients est un devoir professionnel fondamental des médecins comme de tous les soignants », expliquait l'Ordre dans un communiqué. « Alors que l'ensemble des soignants est aujourd'hui éligible à la vaccination contre la Covid-19, se faire vacciner est par conséquent une exigence éthique qui s'impose à tous, la vaccination diminuant considérablement les chaînes de transmission du virus », avait ajouté l'organisme de régulation de la profession médicale.

Le 9 mars, dans un communiqué, l'Académie de médecine avait elle aussi recommandé la vaccination obligatoire pour les soignants. « L’hésitation vaccinale est éthiquement inacceptable chez les soignants », estimait l'Académie, qui se prononçait donc pour une obligation vaccinale « pour tous les professionnels de santé exerçant dans le secteur public ou libéral, dans les établissements de santé et dans les Ehpads, ainsi que pour les auxiliaires de vie pour personnes âgées ». 

Alors, faut-il rendre obligatoire la vaccination des soignants ? Selon Le Monde, Matignon n'écarte pas de recourir à la loi, et entend d’ailleurs « aller très vite » sur le sujet. Le quotidien révèle que l’exécutif espère avoir les conclusions de cette consultation lancée par Jean Castex avant les vacances d'été. Objectif ? Connaître les propositions des associations d'élus locaux et des présidents de groupes parlementaires sur des sujets qui pourraient entraîner une nouvelle intervention du législateur, dont celle de la vaccination obligatoire pour les soignants

Alors, la vaccination va-t-elle devenir obligatoire pour les soignants, comme cela est déjà le cas en Italie ? Pour le moment, la question reste sans réponse. Mais si tel était le cas, alors cette mesure serait certainement impopulaire aux yeux de nombreux soignants. « Pour le Covid, je pense qu’il faut que tous les soignants soient vaccinés, c’est une évidence. Mais malheureusement, je ne suis pas sûr que ça soit le bon moment pour l’imposer. Car si on se retrouve avec 20% des soignants qui sont vraiment réfractaires, refusent de se vacciner et implorent le droit de retrait, l’hôpital français ne s’en remettrait pas. La pression sur le système est actuellement trop forte, et nous n’avons aucune marge » expliquait le Dr Benjamin Davido, médecin infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), dans les colonnes du Figaro.

Ce serait "un obstacle de plus" pour recruter et pourrait "faire fuir" des personnels « qu'on n'a aucun moyen de retenir, avec leurs salaires ridicules » avait de son côté confié à l’AFP Renaud Péquignot, président de la commission médicale des Hôpitaux de Saint-Maurice (Val-de-Marne).

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche