Vaccin Pfizer : des piqûres de rappel seront sûrement nécessaires, prévient le laboratoire

Par Cécile D. · Publié le 16 avril 2021 à 12h21 · Mis à jour le 16 avril 2021 à 16h42
À cause des variants de la Covid-19, et pour assurer une plus longue immunité aux personnes vaccinées avec le produit Pfizer, le PDG du laboratoire a prévenu que des piqûres de rappel seraient sûrement nécessaires d’ici à six mois à douze mois, puis une injection chaque année.

La campagne de vaccination poursuit son cours en France. Les plus de 55 ans ont pu commencer à prendre rendez-vous pour se faire immuniser et une majorité des adultes de moins de 50 ans espèrent pouvoir recevoir bientôt leur première dose. Il est possible que des personnes vaccinées avec le Pfizer au tout début de la campagne reçoivent une troisième dose de vaccin avant que les personnes les plus jeunes de la société aient eu la chance de recevoir leur première piqûre.

En effet, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a expliqué le 15 avril 2021 que l'immunité de la population face au Covid-19 passerait sûrement par des rappels vaccinaux réguliers. « Une hypothèse vraisemblable est qu’une troisième dose [de Pfizer] sera probablement nécessaire, entre six mois et douze mois, et à partir de là, il y aura une vaccination à nouveau chaque année, mais tout cela doit être confirmé. Et d’autre part, les variants joueront un rôle clé », prévient le PDG, dont les propos ont été relayés par la chaîne de télévision américaine CNBC et le journal Le Monde. « Il est extrêmement important de réduire au maximum le nombre de personnes vulnérables au virus », ajoute-t-il.

Actuellement, les autorités de santé préconisent l'injection de deux doses de vaccin Pfizer, espacées de 42 jours. Selon les études les plus récentes, l'efficacité du vaccin contre le virus est estimée à 95%. Cependant, puisque certains variants de la Covid-19 semblent très résistants face aux vaccins, et que le coronavirus paraît être un virus saisonnier, les laboratoires Pfizer et BioNTech avaient lancé, dès février 2021, une étude pour évaluer les effets qu'une troisième dose pourrait avoir contre les variants.

Aux États-Unis, un rappel de vaccin est déjà prévu par les autorités. Le directeur de la cellule anti-Covid, le docteur Dabid Kessler, a expliqué aux membres du Parlement américain que « Nous ne savons pas tout à ce stade. Nous étudions la durée de la réponse des anticorps. Elle semble forte, mais elle connaît une certaine baisse et les variants sont un défi. »

« Pour des raisons logistiques, et seulement pour des raisons logistiques, je pense que nous devrions envisager qu’il puisse y avoir un rappel », a informé le médecin. La France devra peut-être revoir à nouveau sa stratégie vaccinale et ses commandes de vaccin afin d'assurer une immunité totale aux personnes vaccinées, si des rappels de vaccins s'avèrent réellement nécessaires. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche