Covid : pourquoi les personnes vaccinées peuvent tout de même attraper le virus

Par Cécile D. · Publié le 27 avril 2021 à 11h17 · Mis à jour le 27 avril 2021 à 11h54
Les vaccins contre la Covid-19 sont un atout indispensable dans la lutte contre la pandémie, et pour le moment notre meilleur allié pour retrouver une vie normale rapidement. Cependant, ces vaccins ne sont pas magiques : ils n'empêchent pas totalement les personnes immunisées de tomber malade, et ils n'éradiquent pas le virus.

Attraper la Covid-19 après avoir été vacciné ? C'est possible, et cela ne veut pas dire que les vaccins sont inefficaces. Début avril, une histoire chamboulait les médias et ceux qui l'entendaient : 97% des résidents d'un Ehpad avaient contracté le coronavirus, bien qu'ils étaient tous vaccinés. L'intérêt des vaccins était alors remis en cause.

Les médecins et experts médicaux ont alors tenu à rassurer la population : oui, les vaccins sont efficaces et nécessaires pour lutter contre la Covid-19. Cependant, ils possèdent quelques failles à connaître, pour ne pas s'alarmer si vous tombez malade après avoir été vacciné. Plusieurs professionnels de santé expliquent au micro de France Info pourquoi on peut attraper le virus, même si l'on a été immunisé. 

La plupart des vaccins disponibles en France (à l'exception du Johnson & Johnson) s'inoculent en deux fois. Entre ces deux doses, le corps n'est pas totalement protégé : le corps est donc toujours vulnérable face au virus. « Dans le cas des vaccins à ARN messager [Pfizer et Moderna], il faut entre 12 et 15 jours après la première injection pour que les premiers anticorps apparaissent. Auparavant, il est tout à fait possible d'être infecté », précise le professeur Yves Buisson, président de la cellule de veille Covid-19 au sein de l'Académie nationale de médecine. 

De plus, Anne-Claude Crémieux, professeure de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis de Paris, a remarqué que certains patients se montraient moins prudents face au virus après avoir reçu une première dose de vaccin, accentuant ainsi les risques d'infection. « Dans bien des situations, les contaminations après la vaccination surviennent dans les 14 jours qui suivent la première injection. Ces cas sont souvent attribués à une forme de relâchement liée à un faux sentiment de sécurité procuré par la première étape de la vaccination », décrypte la professeure.

Il faut également rappeler, comme le fait Anne-Claude Crémieux, qu'aucun « vaccin n'est efficace à 100%. Les vaccins à ARN messager, qui sont aujourd'hui les plus efficaces, apportent après la deuxième dose une protection de 90% contre les formes symptomatiques de la maladie, et de 80% contre les formes asymptomatiques. » De plus, les vaccins n'empêchent pas de tomber malade. Ils permettent surtout d'éviter que la personne vaccinée ne développe des formes graves de la maladie. « Même après une vaccination complète, il reste donc un faible risque de développer une forme symptomatique ou non de la maladie », indique l'experte.

Ainsi, certaines personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies risquent de contracter la Covid-19, même si elles sont vaccinées. C'est pour cela que la Direction générale de la Santé a recommandé, le 11 avril dernier, que les personnes immunodéprimées reçoivent une troisième dose de vaccin à ARN Messager.

Paul Loubet, infectiologue au CHU de Nîmes, insiste sur l'importance de la vaccination, conçue pour sauver des vies : « Ce qu'il faut prendre en compte, c'est qu'elle protège des formes graves ou des décès liés au virus. Ça n'est pas parce qu'il est possible de contracter la maladie qu'il ne faut pas se faire vacciner : à l'échelle collective, le vaccin permet de faire baisser le nombre d'hospitalisations. »

Des variants résistants

L'un des points faibles de ces vaccins, ce sont aussi les variants. Certaines formes nouvelles de la Covid-19 semblent très résistantes face aux vaccins, et même face aux anticorps que certaines personnes infectées avaient pu développer. Ainsi, le variant sud-africain, par exemple, paraît pouvoir passer outre les barrières des vaccins à ARN Messager. 

En France, cette situation n'inquiète pour le moment pas les médecins. Yves Buisson explique que « par rapport au britannique, qui est sensible au vaccin, les variants plus résistants à la vaccination ont pour l'instant une très faible incidence en termes de nouveaux cas en France ». L'expert n'imagine pas du tout que les variants résistants aux vaccins puissent exploser en France, rendant tous nos efforts sanitaires vains. 

Ce qui interroge les experts, en revanche, c'est la durée d'efficacité de ces vaccins. Pour le moment, les chercheurs ont beaucoup de mal à évaluer combien de temps les personnes vaccinées ou guéries restent immunisées. « On manque de recul sur la durée de la protection vaccinale, car les premiers pays concernés n'ont commencé leur campagne qu'en décembre dernier. Le laboratoire Pfizer a récemment communiqué sur une très bonne efficacité de son vaccin six mois après l'injection, mais l'immunité sera très probablement plus longue », indique Paul Loubet. L'infectiologue ajoute que l'on « sait que l'infection naturelle par le Covid-19 confère une protection d'au moins 8 à 9 mois. Nous n'avons pas de raison de penser que la vaccination protège moins longtemps. »

Pour cette raison, entre autres, les autorités de santé estiment qu'un rappel vaccinal sera nécessaire, comme pour le vaccin contre la grippe.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche