Covid : l'été "peut devenir un cauchemar" selon l’infectiologue Karine Lacombe

Par Caroline J. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 6 mai 2021 à 10h28 · Mis à jour le 6 mai 2021 à 15h30
Alors que de nombreux Français attendent avec impatience de pouvoir retrouver les terrasses et certains lieux culturels à compter du 19 mai prochain, l'infectiologue Karine Lacombe estime, dans une interview accordée ce jeudi 6 mai 2021 à nos confrères de BFMTV, que « l’été peut devenir un cauchemar ».

La France a entamé la première phase de son plan de déconfinement. Ainsi, depuis le 3 mai dernier, les restrictions de déplacement sont levées. Ensuite, le 19 mai, les Français retrouveront les terrasses, les commerces non essentiels et certains lieux culturels, si la situation sanitaire le permet. Hier, à l’issue d’un conseil de défense, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a évoqué une "amélioration nette de la situation sanitaire en France", affirmant que "si nous maintenons nos efforts, le 19 mai sera bien le jour de réouverture des terrasses, des lieux de culture".

Mais certains spécialistes redoutent cette stratégie de sortie de crise. Invitée sur BFMTV ce 6 mai 2021, Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Antoine à Paris, juge même ce calendrier de déconfinement « très très optimiste ». Aussi, l’infectiologue maintient que "l’été peut devenir un cauchemar" sur le front de l'épidémie de Coronavirus.


« On a pu modéliser ce qu’il risque de se passer en fonction de différents paramètres, que ce soit par exemple l’incidence, mais également l’intensité de la vaccination et on voit bien que la grosse variable de l’ajustement dans cette équation qui va nous permettre de passer un bon été ou pas, ça va être la vaccination. Puis ça va être bien sûr les comportements individuels de chacun : respect des gestes barrières… » a expliqué Karine Lacombe sur BFMTV.

Aussi, l’infectiologue appelle à élargir la vaccination avec AstraZeneca à tous les Français majeurs.

Il y a quelques jours, l'Institut Pasteur levait le voile sur plusieurs de ses projections autour de l’évolution de l'épidémie. Et celles-ci sont particulièrement claires : "En cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai, même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination", une "remontée importante des hospitalisations pourrait être observée", à hauteur de 2000 à 3000 hospitalisations par jour, ont indiqué les chercheurs de l'Institut.

Covid : retour à la vie normale, les prévisions de l'Institut PasteurCovid : retour à la vie normale, les prévisions de l'Institut PasteurCovid : retour à la vie normale, les prévisions de l'Institut PasteurCovid : retour à la vie normale, les prévisions de l'Institut Pasteur Covid : évolution de l'épidémie, les projections de l'Institut Pasteur pour cet été
Comment pourrait évoluer l'épidémie de Covid cet été ? Une question à laquelle a tenté de répondre l'Institut Pasteur qui a dévoilé lundi 26 avril ses projections pour cet été. Des hypothèses qui font craindre une ”remontée importante des hospitalisations”, ”en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai”. Et de maintenir un retour à la normale, sous conditions, à l'automne.

De son côté, l’épidémiologiste Dominique Costagliola estime que « la probabilité d’éviter une nouvelle saturation totale de l’hôpital est faible ».

Visuel Paris quai de SeineVisuel Paris quai de SeineVisuel Paris quai de SeineVisuel Paris quai de Seine Covid: « La probabilité d’éviter une nouvelle saturation totale de l’hôpital est faible »
Alors que Emmanuel Macron a levé le voile sur la stratégie de sortie de crise, l’épidémiologiste Dominique Costagliola juge ce déconfinement « prématuré ». Dans une interview accordée à nos confrères du Monde, publiée ce 5 mai 2021, la biostatisticienne estime que « la probabilité d’éviter une nouvelle saturation totale de l’hôpital est faible ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche