Covid : Le Conseil scientifique rend un nouvel avis sur le variant indien

Par Manon C. · Publié le 29 mai 2021 à 16h33 · Mis à jour le 31 mai 2021 à 14h04
Le Conseil scientifique vient de rendre un nouvel avis aux autorités concernant le variant indien. Le Conseil note que ce dernier se transmet plus facilement mais que les vaccins restent efficaces.

Le Conseil scientifique a transmis, le 24 mai dernier, un nouvel avis aux autorités concernant le variant indien, et ce dernier a été rendu public ce vendredi 28 mai 2021. En effet, le Ministère de la Santé avait demandé au Conseil scientifique de se pencher sur le variant indien, et plus précisément sur le lignage B.1.617.2 très présent au Royaume-Uni afin de mieux "anticiper et de se préparer au mieux aux impacts potentiels pouvant être causés par l'émergence et la diffusion" de ce variant en France. 

Dans les faits, le variant B.1.617.2 est bel et bien présent en France "sous forme de clusters en nombre limité" note le Conseil scientifique, "Ceci rappelle la situation dans laquelle nous étions avec le variant britannique dès fin décembre 2020." Ainsi, à la date du 18 mai 2021, "37 cas ou clusters représentant 77 cas confirmés dans 9 régions différentesont été signalés aux autorités sanitaires; le rapport précisant que la grande majorité de ces incidents avaient "un lien direct avec l'Inde (retour d'un séjour en Inde) ou indirect (contact avec une personne revenant d'Inde, ou épisode lié à une transmission sur un bateau avec des membres d'équipage indiens)".

Concernant la résistance aux vaccins, d'après le Conseil scientifique, le variant indien a bien "un niveau de transmission élevé, mais demeure sensible aux vaccins." "Les premières données en vie réelle disponibles au Royaume-Uni suggèrent une efficacité vaccinale conservée après deux doses d'AstraZeneca (60%) et de Pfizer (88%), mais pas après une dose (33% pour chacun des vaccins)". Pour autant, "il n'y a pas encore de données sur la protection contre les formes graves de l'infection" détaille l'avis du Conseil. 

Le Conseil scientifique conclut en recommandant à la France "d'avoir une stratégie de dépistage très active via le criblage et le séquençage en optimisant les données issues des laboratoires publics et privés."

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche