Covid : vacances d'été, dépistage, isolement... les annonces d'Olivier Véran

Par Laurent P. · Publié le 20 juin 2021 à 18h55 · Mis à jour le 20 juin 2021 à 18h56
Alors que les vacances d'été 2021 approchent à grands pas, mais que le Covid fait toujours des siennes, Olivier Véran a détaillé les mesures supplémentaires prises pour lutter plus efficacement contre le virus. On fait le point !

Alors que les Français se préparent pour les vacances d'été, le Covid, lui, ne prend pas de vacances... C'est pourquoi le ministre de la Santé Olivier Véran a donné des détails, chez nos confrères du Journal du Dimanche samedi 19 juin 2021, sur un ajustement de la stratégie de lutte contre le coronavirus pour les congés estivales, en particulier sur les lieux de vacances. Quelles sont ces mesures ? On fait le point !

Plus d'autotests pour plus de dépistage

Pour mieux dépister le Covid pendant les vacances, le ministre de la Santé a ainsi annoncé que des autotests allaient être distribués massivement aux populations, dans l'optique de poursuivre le dispositif "tester-tracer-isoler". "Nous allons en distribuer sur l'ensemble du territoire", explique ainsi Olivier Véran. Et de préciser sa volonté de "multiplier les dépistages collectifs par autotest" : "Il ne s'agit pas de remplacer les tests PCR ni les tests antigéniques, mais d'ajouter une maille supplémentaire à notre filet", ajoute le ministre.

Ainsi, plusieurs millions de kits d'autotests seront distribués gratuitement sur les plages de France, mais également dans les campings, les hôtels, les centres de loisirs et autres colonies de vacances. Sur ces millions d'autotests, 500 000 ont déjà été distribués aux préfectures concernées, à destination des publics précaires. Une distribution qui permettra ainsi un dépistage plus accru, le but étant d'arrêter la transmission du virus dans les zones touristiques avant qu'elle ne prenne de l'ampleur et crée une nouvelle vague épidémique.

Référents Covid, contact tracing... du nouveau pour les vacances

Pour aider à dépister plus facilement et faire le lien avec l'Assurance maladie, des "référents Covid" seront également désignés, en particulier sur les lieux de vacances. "On va s'appuyer sur des référents Covid, formés pour accompagner la population (...) sur les lieux de vacances, dans les campings, les colonies", explique le ministre de la Santé. L'objectif ? Sensibiliser et prévenir les cas de Covid, à travers 2000 "médiateurs lutte anti-Covid" capables de tester les populations, réaliser des enquêtes sanitaires ou aider à l'isolement de personnes contaminées.

Pour les aider dans cette tâche, la stratégie de contact tracing sera adaptée, s'orientant sur ce qui se fait actuellement au Japon, à savoir une enquête plus approfondie sur les contaminations en amont : "À partir de début juillet et après des expérimentations, une enquête approfondie sera aussi systématiquement effectuée en amont pour savoir qui l'a infectée et dans quelles circonstances", précise le Journal du Dimanche. Un "tracing rétrospectif" bien plus efficace selon Olivier Véran.

L'expérimentation autour du dépistage olfactif

Olivier Véran a également expliqué, toujours à nos confrères du JDD, que deux expérimentations - l'une dans un port, l'autre dans un aéroport - allaient débuter "dans les prochains jours" avec des chiens renifleurs, entraînés pour détecter les personnes contaminées au Covid. Des expérimentations qui doivent ainsi "tester la faisabilité" d'un tel dépistage et, si les résultats sont concluants, seront généralisées sur le territoire.

Un isolement mieux encadré pour éviter les contaminations

Une surveillance plus accrue doit également être mise en place concernant les personnes placées à l'isolement, en cas de contamination. "Si une personne contaminée par le variant 'indien' refuse de répondre aux équipes de l'Assurance maladie ou de respecter les consignes de mise à l'abri, une alerte est faite aux préfets", précise le ministre, indiquant également que ces derniers pourront "prendre des mesures d'isolement".

Une mesure déjà mise en place pour les personnes, malades ou non, venant de pays à risque, avec la possibilité de sortir entre 10h et 12h pour faire ses courses. Des contrôles sont également "effectués au domicile par la police ou la gendarmerie nationale", comme l'explique le gouvernement.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche