Covid : Une dose de rappel "sûre et efficace" 3 mois après la dernière injection, d'après l'EMA

Par Manon C. · Publié le 14 décembre 2021 à 16h45
L'Agence Européenne des Médicaments a annoncé, ce jeudi, que les doses de rappel pouvaient être administrées de façon "sûre et efficace" trois mois seulement après la dernière injection.

Après avoir longtemps recommandé d'attendre 6 mois après la dernière injection pour se faire vacciner avec la 3e dose, l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) a annoncé, ce jeudi 9 décembre 2021, que les doses de rappel pouvaient finalement être administrées de façon "sûre et efficace" trois mois seulement après la dernière injection. 

"Les données actuellement disponibles soutiennent l'administration sûre et efficace d'une dose de rappel dès trois mois après la fin de la primovaccination si un intervalle aussi court est souhaitable du point de vue de la santé publique." a ainsi annoncé Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l'EMA. 

Concernant le variant Omicron qui inquiète les autorités sanitaires mondiales mais aussi la population, Marco Cavaleri a déclaré qu'il était "trop tôt pour dire si la composition des vaccins devra être modifiée. À ce stade, nous ne disposons pas de suffisamment de données sur l'impact de ce variant sur l'efficacité des vaccins approuvés, mais nous scrutons continuellement l'horizon pour recueillir des résultats à cet égard." La question se pose, en effet, de savoir si les vaccins actuels vont avoir la capacité d'endiguer la propagation de ce nouveau variant.

"Les entreprises qui commercialisent les vaccins anti-Covid-19 sont tenues de soumettre les résultats de leurs tests de laboratoire pour déterminer le niveau de neutralisation pour Omicron" a précisé Marco Cavaleri, indiquant que de nouveaux vaccins efficaces contre Omicron pourraient être approuvés dans trois à quatre mois en cas de nécessité. 

Toujours à propos d'Omicron, l'Agence Européenne des Médicaments note des symptômes "pour la plupart légers, mais nous devons rassembler plus de preuves pour déterminer si le spectre de gravité de la maladie causée par l'Omicron est différent de celui de tous les variants qui ont circulé jusqu'à présent. Les données préliminaires suggèrent qu'il pourrait être plus contagieux que le variant Delta, mais on ne sait actuellement pas dans quelle mesure Omicron pourrait remplacer Delta comme virus dominant." 

Et de conclure : "Nous ne devons pas perdre de vue le fait qu'aujourd'hui, nous sommes mieux à même de prévenir et de traiter cette maladie que nous ne l'étions l'hiver dernier." 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche