Operación E : rencontre avec l'équipe du film

A l'occasion de la sortie du film Operación E, sortiraparis.com a rencontré Miguel Courtois et Luis Tosar. L'un est réalisateur, le second acteur. Les deux sont habitués à défendre un cinéma engagé. Avec Operación E, ils signent leur première collaboration : un film extraordinaire inspiré du destin d'un homme ordinaire.

SAP : Operación E, c'est bien plus qu'un film, c'est un parti pris. Vous défendez le témoignage d'un homme accusé d'enlèvement. Comment fait-on pour endosser une telle responsabilité lorsqu'on est acteur ? Et comment déléguer cette même responsabilité lorsqu'on est réalisateur ? 

Luis Tosar :
Il faut être un peu inconscient et je l'ai été lorsque j'ai accepté le rôle de Crisanto, c'était une intuition, une réponse émotionnelle. Il m'a semblé qu'il était nécessaire de raconter cette histoire. C'est important de raconter l'histoire des victimes, on en parle peu. On raconte les histoires des conflits armés d'un point de vue militaire ou politique, rarement du point de vue de leurs victimes. Lorsque j'ai pris cette décision, je n'ai pas mesuré les implications. 

Miguel Courtois : Basiquement, on avait besoin d'un acteur espagnol puisque c'est un film espagnol qui raconte une histoire colombienne. Même si au fond l'histoires est universelle, on ne pouvait pas le faire avec un acteur français. Il se trouve aussi que c'est l'Espagne qui l'a financé aux 3/4, il était donc logique d'avoir un acteur espagnol. La chance qu'on a eu, c'est d'avoir le meilleur d'entre eux. Ça a aussi aidé à la crédibilité du film qui n'a pas été facile à monter ni à financer. Quand on a un acteur de ce calibre qui s'engage, c'est difficile ne pas y aller !


©droits réservés EuropaCorp 

Mélanie B.
Dernière modification le 22 novembre 2012

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche