This page is not available in your language, please, choose yours

Démons au Lucernaire : notre critique

Publié le 20 mai 2015 Par Maïlys C.
Démons au Lucernaire : notre critique

Infos pratiques

Du... 13 mai 2015
Au... 14 juillet 2015


53 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris 6

10 euros (à partir de)

C’est au Paradis que l’on trouve les pires démons. Du moins, voilà ce qui se passe au Lucernaire, du 13 mai au 4 juillet 2015 : dans la salle la plus haut perchée du théâtre – nommée Paradis –, un texte noir de Lars Norén est joué, mettant en scène la destruction de deux couples. Orgie, cérémonie mortuaire, apéro entre amis, le ton oscille selon les éclats de voix, faisant exploser au passage l’idée d’un bonheur conjugal.

Lorsque le spectateur entre dans la salle, il pénètre dans l’intimité d’un appartement : sur la scène, deux canapés blancs, des coussins en fourrure, une armoire, puis, dispersés dans la salle, un fauteuil et une commode, donnant au public l’impression de faire partie de la pièce. Une femme est là, alanguie, attendant le retour de son compagnon : l’entrée de Frank dans la salle marque ainsi le départ de la pièce.

Démons

L’auteur suédois Lars Norén, dans la lignée d’August Strindberg, s’est intéressé aux démons intérieurs qui rongent les couples, à mesure que les relations deviennent plus intimes et que les êtres se dévoilent. Cette pièce raconte donc l’histoire d’une soirée entre deux couples qui se transforme en désastre. Le texte, dont chaque mot est chargé de poison, est ici mis en scène par Cyril Le Grix, qui fait le choix de transformer l’appartement en lieu d’une cérémonie grandiloquente, entre orgie et exorcisme.

Il y a de la puissance, du style et du réel dans cette pièce éprouvante : soulignons le talent des acteurs (Maud Imbert, Xavier Bazin, Thibaut Corrion et Carole Schaal) qui portent le texte avec une justesse troublante tout en conservant un ridicule noir, entraînant le spectateur dans une osmose passionnante.

Démons

Difficile de sortir indemne de cette pièce, dont le texte a toutefois un énorme défaut : les personnages féminins, bien plus que les personnages masculins, sont persécutés jusqu’à l’insoutenable. Les traits de caractère de Katarina et Jenna frôlent le caricatural, l’une incarnant la sorcière hystérique tant fantasmée, l’autre la mère pesante et inquiète, soulageant ainsi les hommes de la responsabilité du malaise dans le couple. On prendra donc ce texte avec des pincettes, le voyant comme un délire né dans l’esprit d’un homme : il n’y a pas d’enseignement à en tirer, mais la leçon de théâtre donnée par Cyril Le Grix et ses acteurs est édifiante.

Informations pratiques : 

Démons 
Au Lucernaire
Du 13 mai au 4 juillet 
Du mardi au samedi à 21h
Réservez au 01 45 44 57 34
Réservez en ligne
Tarifs : à partir de 10 euros  

Photos : Thomas Dewynter

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement