Chômage et coronavirus : les jeunes très fortement touchés par la crise

Par Julie M. · Publié le 7 juin 2020 à 10h31 · Mis à jour le 7 juin 2020 à 11h20
Alors que le nombre de chômeurs a explosé en France, et en Europe, pendant le confinement, les jeunes sont les plus touchés par la crise et subissent de plein fouet l’impact économique de la pandémie de Covid-19.

Si, d'un point de vue sanitaire, l'épidémie de coronavirus semble de mieux en mieux maitrisée dans les pays européens, l'impact économique de la crise frappe de plein fouet les populations et notamment les jeunes. En effet, en France, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de plus d’un million, pendant le confinement. On dénombre 843.000 chômeurs de catégorie A (c'est à dire qui n'ont pas travaillé du tout durant le mois) pour le seul mois d'avril 2020.

Les jeunes sont parmi les plus touchés

Le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans explose et fait un bond de +29 % depuis la fin février, pulvérisant l'ancien record historique obtenu en décembre 2014. Une situation dramatique qui place aujourd'hui les 659.000 jeunes inscrits à pôle emploi sur un marché extrêmement fermé.

Une crise qui se généralise partout dans le monde ?

La France n'est pas la seule impactée économiquement par les retombées de la crise sanitaire. En effet, l’Organisation internationale du travail estime qu'un jeune Européen sur six a perdu son emploi depuis le début de l’épidémie. De plus, ceux qui ont réussi à conserver leur poste ont vu leur temps de travail réduit d’environ 23 %.

Comment on explique cela ?

Bertrand Martinot, spécialiste du marché du travail, ex-délégué général à l’emploi explique que "Dans une crise économique, les jeunes sont toujours les premiers touchés, car la hausse du chômage n’est pas due à des licenciements massifs, mais à la non-création d’emploi. Et les primo-accédants au marché du travail subissent de plein fouet l’arrêt ou le gel des embauches. De plus, pour le peu de postes créés, ils se retrouvent en concurrence avec des personnes ayant plus d’expérience."

L'apprentissage pour pallier la crise ?

Muriel Pénicaud a dévoilé, ce jeudi 4 juin 2020, le plan de relance pour l'apprentissage mis en place par le gouvernement. Prime de 5.000 à 8.000 € par apprenti pour les entreprises, allongement des délais pour trouver une alternance, mobilisation nationale pour faciliter l'accès aux offres… Pour la ministre du Travail : "Les jeunes ne sont pas la variable d’ajustement de la crise. On ne peut pas avoir une génération sacrifiée".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche