L'activité partielle est maintenue "au moins" jusqu'en novembre dans les entreprises en difficulté

Par Elodie D. · Publié le 26 août 2020 à 16h12 · Mis à jour le 26 août 2020 à 16h13
Jean Castex vient d’annoncer ce mercredi 26 août que l’activité partielle sera étendue « au moins jusqu’en novembre » dans les conditions actuelles. Cette mesure concerne les entreprises en difficulté encore confrontées à une « réduction d’activité durable »

En visite à l’université d’été du MEDEF, le Premier ministre s’est voulu rassurant, indiquant que « dans les entreprises qui sont encore confrontées aujourd’hui à une réduction d’activité durable (…) l’activité partielle demeurera ouverte dans [l] es conditions actuelles, au moins jusqu’au 1er novembre, et au-delà pendant deux ans, pour toutes les entreprises couvertes par un accord sur l’activité partielle de longue durée ».

Nouvelle plutôt rassurante pour les secteurs les plus touchés, comme le tourisme, la culture, le sport, l’événementiel, « ils conserveront jusqu’à la fin de l’année un accès à l’activité partielle, même sans accord » a insisté Jean Castex.

Il a alors évoqué la situation économique de la France, et a expliqué que le coronavirus était un choc, ouvrant une nouvelle ère. Pour Jean Castex, « le défi, en somme, que nous devons relever est que cette crise soit le point d’appui, le départ d’une consolidation de notre économie, d’une transformation de nos manières de faire, de produire, d’administrer et, qui sait, peut-être, de gouverner. »

Pour rappel, le gouvernement a mis en place un plan de relance de 100 milliards d’euros qu’il va présenter le 3 septembre prochain. Parmi les mesures attendues, la baisse des impôts de production à partir du 1er janvier, à hauteur de 10 milliards d’euros par an, «pour ne pas entraver, pour doper la production dans nos territoires», selon Jean Castex. Cette réduction passera notamment par une division par deux de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). 

L’objectif ? Viser un retour du niveau de richesse de 2019 dès 2022. « Grâce à l’effet escompté de ce plan sur la richesse nationale, soit 4 points de PIB, sans parler du regain de croissance potentiel qu’on en escompte, l’effet du plan de relance sur notre ratio de dette sera quasiment effacé dès 2025. » Affaire à suivre.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche