Enseignement supérieur : Macron annonce jusqu'à 200 000 places ouvertes aux jeunes

Par Cécile D. · Publié le 8 septembre 2020 à 16h08 · Mis à jour le 8 septembre 2020 à 16h08
Le Président Emmanuel Macron a visité un lycée d'Aulnat, du côté de Clermont-Ferrand, mardi 8 septembre 2020. Au cours de sa visite, le président de la République a présenté le dispositif « cordées de la réussite », un système visant à promouvoir l'égalité des chances en passant le nombre de places dans l'enseignement supérieur de 80 000 à 200 000.

Emmanuel Macron s'est rendu à Clermont-Ferrand, mardi 8 septembre 2020, pour y rencontrer notamment les élèves et les formateurs du pôle de formation aéronautique du lycée Roger-Claustres, à Aulnat, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). C'est là que le président a choisi de dévoiler certaines mesures, prises pour les jeunes, fortement touchés par la crise économique engendrée par le Coronavirus. 

Le président de la République a annoncé que le dispositif « cordées de la réussite », prévu pour aider les jeunes à accéder à l’enseignement supérieur et aux filières sélectives, passerait de 80 000 à 200 000 places, tout cela dans le but de soutenir et promouvoir « l’égalité des chances ».

Emmanuel Macron a assuré que les élèves seraient suivi dès la classe de 4e, « pour qu'aucun jeune ne soit laissé de côté », et que l'on ne puisse jamais parler de « génération sacrifiée ». « Cette nouvelle “cordée de la réussite”, nous allons la passer de 80 000 aujourd’hui à 200 000 [places], avec ce système de bourses, avec le renforcement des moyens que nous allons mettre en place, pour permettre d’identifier, dès la 4e, des jeunes et de les emmener jusqu’à l’après-baccalauréat, a déclaré le président. C’est un formidable levier, par l’éducation et l’accès jusqu’au supérieur, d’égalité des chances, avec aussi un lien permanent avec l’entreprise. »

Dans la foulée, le président Macron a également confirmé sa volonté d'augmenter le nombre d’internats d’excellence, destinés à aider les jeunes issus de milieux défavorisés ou vivant loin de l’offre scolaire. Ces internats passerait d’« un peu moins d’une quarantaine » actuellement à « un par département » d’ici à la rentrée 2022. L'apprentissage et l'alternance devraient eux aussi être revalorisés, comme l'a promis le président.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche