Covid : le plan blanc activé dans plusieurs régions, mais qu'est-ce que c'est exactement ?

Par Cécile D., Laurent P. · Mis à jour le 4 août 2021 à 13h59 · Publié le 4 août 2021 à 13h59
Pour lutter contre la nouvelle vague de Covid-19 et éviter la saturation des services de réanimation, plusieurs régions ont mit en place le plan blanc. Qu'est-ce que cela signifie ? On fait le point.

Les signaux en France ne sont pas bons : l'épidémie de Covid-19 semble repartir à la hausse dans la majorité des régions. Plusieurs départements ont déjà remis en place certaines restrictions, comme le port du masque en extérieur. D'autres ont dû réactiver le "plan blanc", pour éviter que les hôpitaux ne soient rapidement débordés. C'est notamment le cas en Corse et en région PACA.

Pass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgencesPass sanitaire : obligatoire à l'hôpital et dans les Ehpad, mais pas aux urgences Coronavirus - Saturation des hôpitaux : ces régions qui réactivent le plan blanc
Tandis que la France affronte une quatrième vague de coronavirus, certaines zones du territoire risquent déjà la saturation au sein des hôpitaux. Le plan blanc est ainsi réactivé dans plusieurs régions. [Lire la suite]

Mais au fait, qu'est-ce que c'est que ce plan blanc, exactement ? Cette mesure, déjà mise en application lors de la deuxième vague épidémique fin 2020, a pour but de réorganiser l'accueil des patients, lorsque les hôpitaux prévoient un afflux massif de malades.

La loi indique que le plan blanc prévoit que « chaque établissement de santé [soit] doté d'un dispositif de crise dénommé plan blanc d'établissement, qui lui permet de mobiliser immédiatement les moyens de toute nature dont il dispose en cas d'afflux de patients ou de victimes ou pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle », rappelaient nos confrères de France 3 Grand Est en octobre dernier.

Ainsi donc, chaque hôpital d'une région ayant activé ce plan peut décider d'un redéploiement du personnel médical et de la déprogrammation de toutes les opérations, ainsi que les actes médicaux jugés "non prioritaires", pour concentrer toutes les forces vives sur les cas de Covid-19. Un objectif, clair : renforcer les services de réanimation

Ces deux actions ne sont pas activées à chaque fois : par exemple, en Provence-Alpes-Côtes-d'Azur, le plan blanc a été activé ce mercredi 4 août 2021, mais aucune déprogrammation d'actes médicaux non-urgents n'est prévue. 

Lorsque ce plan est mis en place, le chef de l'établissement hospitalier doit répartir au mieux les patients dans les lits disponibles et entre les différents établissements de la région. Il peut également augmenter le nombre de lits en réanimation et réquisitionner du personnel médical pour augmenter ses ressources humaines et matérielles.

Ce dispositif d'urgence inquiète cependant quelques experts. François Agostiniprésident de l'antenne corse de la Confédération des syndicats médicaux français invité chez France Info le 3 août, ne voit pas d'un bon œil ce plan blanc.

Selon lui, cette mesure montre surtout « les dangers de cette épidémie, les carences structurelles de la Corse. Il y a un sous-équipement médical en Corse et notamment en ce qui concerne la réanimation. » Le syndicaliste s'alarme de voir des soignants rappelés pendant leurs vacances. « On nous demande beaucoup et on continue à le faire. Tirer sur la corde autant, cela n'est plus possible », avertit-il.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche