Covid : Le protocole sanitaire déjà allégé dans les écoles

Par Manon C., Caroline J., Laurent P., Graziella L. · Publié le 7 janvier 2022 à 00h53
Moins d'une semaine après la mise en place d'un nouveau protocole sanitaire de niveau 3 dans les écoles, voilà que ce dernier est déjà assoupli alors même que plus de 9000 classes sont actuellement fermées en France.

Face à la hausse importante du nombre de nouvelles contaminations au Covid et l’émergence du variant Omicron en France, le gouvernement a inclus de nouvelles mesures concernant les écoles. Désormais renforcé, le protocole sanitaire est passé du niveau 2 au niveau 3.

C'est en tout cas ce qu'a expliqué le ministre de l'Éducation nationale, Jean Michel-Blanquer, le 3 janvier dernier, justifiant la publication tardive dudit protocole (la veille, dimanche 2 janvier en fin d'après-midi, NDLR) : "On est obligé dans cette situation, pour être au plus près de la réalité", a-t-il expliqué à nos confrères de LCI ce lundi 3 janvier. Il poursuit : "C'est un processus qui ne peut pas être autrement". Et de préciser : "On prend d'abord une décision en Conseil de défense sur les grands principes à partir de la réalité sanitaire, et ensuite, tout le travail technique doit être fait".

Concrètement, ce niveau 3, également appelé « niveau orange » rend obligatoire le port du masque en intérieur et en extérieur, à la fois pour les élèves et le personnel. Ce niveau 3 impose également une limitation du brassage des élèves par niveau obligatoire et par classe pendant la restauration, c'est-à-dire à la cantine. Si un enseignant est absent, les élèves ne peuvent plus être répartis dans les autres classes. Désormais, il faut trois cas confirmés pour fermer une classe durant sept jours.

Mais grande nouveauté, ce jeudi 6 janvier 2022, moins d'une semaine après la mise en place de ce nouveau protocole sanitaire à l'école. Depuis la rentrée scolaire, si un cas positif au Covid était détecté dans une classe, les autres élèves devaient faire trois tests en quatre jours pour pouvoir rester à l'école. Le premier test antigénique ou PCR, s'il est négatif permettait à l'élève cas contact de retourner en classe. Après ce test, les parents pouvaient aller chercher en pharmacie deux autotests gratuits, pour se tester à la maison à J+2 et à J+4. Les parents devaient ensuite "attester par écrit que les tests ont bien été faits et qu’ils sont négatifs", avait ajouté Jean-Michel Blanquer.

Face à la forte progression du Covid et le nombre de classes fermées qui augmentent de jour en jour, le gouvernement a décidé d'alléger le protocole sanitaire à l'école. Ce jeudi 6 janvier 2022, il est désormais indiqué sur le site du ministère de l'Éducation nationale, dans une version mise à jour ce jour, que les élèves ne sont désormais plus contraints de recommencer leur parcours de trois tests si un nouveau cas positif vient à être détecté dans la même classe. À une seule condition, cependant : que ces nouveaux cas apparaissent dans un délai inférieur à 7 jours après le premier cas. 

Quid des masques FFP2 et des purificateurs d'air ?

Concernant les masques FFP2 et les purificateurs d'air à l'école, le ministre de l'Éducation nationale a indiqué ne pas être fermé à leur utilisation, mais ces mesures ne relèvent pas du ministère : "C'est de la compétence de la commune", explique-t-il, tout en rebondissant sur les propos tenus par Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle 2022 et invité le matin même chez Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, sur la question, indiquant que "M. Jadot aille demander au maire de Grenoble de savoir où ils en sont dans les purificateurs d'air".

Concernant les cours, tous auront lieu en présentiel. Quant aux activités physiques et sportives, elles sont autorisées et maintenues en extérieur ainsi qu’en intérieur, mais uniquement « pour les activités de basse intensité, compatibles avec le port du masque ». Mais un problème se pose, en cas de contamination des enseignants : quid des remplaçants qui manquent dans de nombreux départements, comme l'évoquait également Nathalie Elimas, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de l'Éducation prioritaire, au micro de BFMTV ce lundi 3 janvier ? Le ministre de l'Éducation s'est voulu rassurant sur la question, indiquant que le nombre de professeurs remplaçants était "en train d'augmenter".

Un protocole en place pour au moins un mois

En revanche, dans les collèges et lycées, le protocole reste cependant au niveau 2. Les réunions parents-enseignants devront se dérouler à distance. Un protocole qui pourra être allégé "dès que ce sera possible", le ministre estimant que celui-ci devrait rester en place "vraisemblablement" pendant tout le mois de janvier.

Pour rappel, le taux d’incidence bondit chez les enfants de 6 à 10 ans. Le gouvernement souhaite donc ralentir la propagation du virus chez les plus jeunes.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche