Covid : 7% d'enseignants absents à l'école et un pic attendu à 15%, d'après Jean-Michel Blanquer

Par Manon C. · Publié le 6 janvier 2022 à 14h09
En raison de la propagation du variant Omicron, 7% des enseignants sont actuellement malades et ne peuvent assurer leur travail à l'école. Un pic à 15% d'absentéisme est attendu dans les semaines à venir.

Quelques jours seulement après le retour des enfants à l'école et la mise en place d'un nouveau protocole appliqué dans les établissements scolaires, le variant Omicron continue de faire des ravages en France, et les écoles ne sont pas épargnées. D'après les déclarations du ministre de l'Education nationale lors des question au Sénat, ce mercredi 5 janvier 2022, 7% d'enseignants sont actuellement absents dans les établissements scolaires.

"L'absence cette semaine, telle que nous pouvons la constater, elle est de 7%. Et donc nous sommes en ce moment en mesure de remplacer, avec bien entendu des exceptions, il y en a, je le reconnais. Mais nous sommes en situation d'avoir cette politique de l'école ouverte, qui correspond au désir de tous." a annoncé Jean-Michel Blanquer. 

"Est-ce que je vais nier que le mois de janvier est difficile? Bien sûr que non. Est-ce que nous sommes démunis par rapport aux problèmes de remplacement ? C'est le principal sujet." a déclaré Jean-Michel Blanquer. Pour autant, ce dernier souligne que les chiffres du Conseil scientifique, qui évoquait alors 30% d'absentéisme d'ici la fin du mois de janvier, sont le résultat d'un cumul des "cas de malades et des cas contact, ce qui n'est pas du tout le même sujet." En effet, depuis la rentrée, les enseignants qui sont cas contacts "font la rentrée s'ils sont vaccinés après avoir fait un test." 

Et le ministre de l'Education nationale de poursuivre : "Il est impossible de dire quel sera le pic d'absences, mais il ne devrait pas dépasser normalement 15%. En tout cas, nous déployons actuellement des moyens pour aller au-delà du 9% de moyens de remplacement, et aller en effet vers 12-15%." 

Pour rappel, pour contrer ces absences, le ministère de l'Education nationale a annoncé vouloir recruter "des contractuels et des vacataires" pour permettre "dans le premier degré, de passer d'une capacité de remplacement de 9% à 12-15% selon les académies."

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche