Dix millions de pauvres en 2020, l'inquiétant rapport du Secours Catholique

Par Cécile D. · Publié le 12 novembre 2020 à 11h59 · Mis à jour le 12 novembre 2020 à 11h59
Le Secours Catholique a rendu son rapport annuel, et il n'est guère réjouissant : selon l'association, la France devrait franchir la barre des 10 millions de pauvres à la fin de l'année 2020. Un chiffre effrayant qui a été aggravé par la pandémie.

Chaque année, le Secours Catholique publie un rapport sur l'état de la pauvreté en France, basant son étude sur les données statistiques recueillies auprès des ménages rencontrés par les bénévoles de l'association dans les centres d'aide du Secours Catholique. Le rapport de 2020 est alarmant : la France pourrait atteindre les 10 millions de pauvres en 2020.

En 2020, la France compte huit fois plus de personnes pauvres qu'en 1980. Un « drame silencieux » selon Véronique Fayet, présidente nationale du Secours Catholique. L'association révèle le quotidien et les difficultés qui se dressent face à de nombreux Français, contraints de se tourner vers des associations caritatives pour « ne pas avoir faim. » Le Secours Catholique dresse donc le portrait de ces personnes passées sous silence, délaissées par les pouvoirs publics, d'après l'ONG.

En 2019, les bénévoles du Secours Catholiques ont rencontrés 1,4 millions de personnes en France. Pour beaucoup d'entre eux, cette année de crise sanitaire est source d'angoisses très fortes :  « Avant, je n’avais pas si peur de l’avenir. Je me disais que j’arriverais à jongler. Aujourd’hui, on ne sait pas ce qui va tomber, il faut être à l’affût ». Ce témoignage, mis en avant dans le rapport, fait écho à de nombreuses craintes partagées par les personnes en situation précaire : crise sanitaire, perte de revenus, isolement dû au confinement, distanciation, peur de l’autre, chômage, changements climatiques...

Ce que le Secours Catholique note dans son enquête, c'est une perte nette de ressources monétaires pour les personnes précaires. Le niveau de vie médian des ménages qui profitent des aides de l'association est en baisse.  Il s'élève à 733 euros. Une somme à peine plus élevée que le niveau du seuil d'extrême pauvreté (estimé à 716 euros en 2019), et beaucoup plus basse que le seuil de pauvreté décrété à 1074 euros en 2019.

Autre tendance qui s'affirme : de nombreux ménages ne perçoivent aucune ressource, ou sont privés de leurs droits. Selon le rapport, 23% des ménages, souvent de nationalité étrangère, et de plus en plus d'étrangers en situation régulière, ne touchent aucune aide, aucun salaire. De plus, un tiers des ménages reçus au Secours Catholique et éligibles au RSA socle ne reçoivent pas cette aide.

Les chômeurs longue durée et ceux qui ne perçoivent plus d'indemnités sont en augmentation. Le Secours Catholique s'attend à ce que cette situation s'aggrave au regard de la crise actuelle.

Moins de 9 euros pour vivre

Bien que l'âge médian des adultes accueillis dans les centres reste stable, autour de 40 ans, des profils se détachent dans la masse de personnes pauvres. Le Secours Catholique accueille de plus en plus des mères célibataires, des jeunes adultes d'âge actif et, désormais, des personnes de plus de 60 ans, qui représentent 15% des adultes français accueillis. Une évolution qui va de pair avec l’accroissement de la pauvreté parmi les personnes âgées.

En interrogeant toutes ces personnes, les bénévoles de l'association ont noté que l'un des défis constant des personnes pauvres était de faire des choix. Dois-je payer mon loyer ou les courses ? Acheter de nouveaux vêtements pour l'école des enfants ou la facture d'électricité ? Une situation qui ajoute à la détresse de ces gens.

Les nombreuses dépenses obligatoires (loyer, dépenses d'énergie et d'eau, soins médicaux, vêtements, nourriture...) constitutent un poids important que les aides sociales ne parviennent pas à soulager. Ainsi « la moitié des ménages étudiés vivent avec un revenu arbitrable inférieur à 321€ par mois et par UC [ndlr : unité de consommation, soit un adulte ou deux enfants de moins de 14 ans] pour faire face à l’ensemble des dépenses de la vie courante non couvertes par le loyer et les charges liées au logement. »

En additionnant tous les coûts, une grande part des ménages pauvres se retrouvent avec moins de 9 euros par jour et par unité de consommation. Cette réalité, le Secours Catholique refuse de s'en accomoder : « il [le Secours Catholique] ne se satisfera de réponses d’urgence apportées à des problèmes aussi structurels. Face au risque humanitaire entraîné par la crise sanitaire, il fallait une aide financière aux plus modestes, un soutien aux associations, la mobilisation de places d’hébergement. »

L'association demande également un renforcement des aides au logement, une revalorisation des bas salaires et des minima sociaux et une meilleure protection des emplois précaires. « En appelant à desserrer l’étau qui étrangle le budget des plus modestes, nous ne demandons pas autre chose : que chacun puisse, un tant soit peu, respirer », conclut Véronique Fayet.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche