SNCF : vers un plafonnement du prix des voyages en TGV ?

Par Rizhlaine F., Alexandre G. · Publié le 4 décembre 2020 à 12h02 · Mis à jour le 4 décembre 2020 à 12h02
Suite aux pertes liées à l'épidémie de coronavirus, la SNCF accuse le coup. En réponse à la crise sanitaire, le groupe entend se réinventer en proposant des offres plus accessibles aux futurs voyageurs. Aussi, les prix devraient être plafonnés pour les voyages en TGV, uniquement en seconde classe.

Attention : une crise peut en cacher une autre. Alors que l'année 2020 se voit marquée par une crise sanitaire mondiale, la SNCF accuse le coup suite aux pertes liées à l'épidémie de coronavirus. Le groupe ferroviaire estime ainsi avoir perdu 5 milliards d'euros en raison de la pandémie.

En cause ? Le TGV qui a vu sa fréquentation chuter : lors du premier confinement, 6 à 7% des trains circulaient pour transporter 1% des passagers. En automne, à l'heure du reconfinement, 70% des trains ont du être annulés avec seulement 10% des voyageurs à bord. Le TGV n'étant pas subventionné, cela coute cher à la SNCF

D'après les informations révélées par France Info, la SNCF pourrait dans le même temps instaurer un plafonnement des prix pour tous les trajets en TGV, Ouigo et TGV InOui. Ainsi, peu importe votre destination et surtout le moment de l'acte d'achat du billet, la compagnie ferroviaire s'engage à proposer un tarif plafonné, et à ne pas le dépasser. Petite précision importante : le prix plafond est prévu uniquement pour les billets de seconde classe. Cependant, tous les types de TGV (InOui, Ouigo) sont concernés. 

En ligne de mire de cette réflexion : les jours de grand départ, comme par exemple les 23, 24 et 25 décembre, généralement très prisés des voyageurs. Et surtout la volonté pour la compagnie ferroviaire de faire revenir ses clients ; à tout prix. Pour se faire, la SNCF initie une consultation à grande échelle. Ses cheminots, mais surtout ses clients et usagers réguliers ainsi que des associations sont invités à participer, dans le but d'améliorer et de perfectionner ses services. 

Face à cette situation de crise, le gouvernement a ainsi élaboré un plan de relance à destination du secteur ferroviaire s'élevant à  4,7 milliards d'euros. Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a par ailleurs affirmé que 4,05 milliards d'euros de ce plan de relance seraient destinés à recapitalisation de la SNCF

Ainsi, de son côté, la SNCF doit se réinventer en amont d'une année 2021 qui s'annonce compliquée. Le directeur général de la SNCF Jean-Pierre Farandou a ainsi confié auprès du Figaro que la tarification sera à l'avenir plus lisible, plus simple et plus accessible. En prévision d'un pouvoir d'achat plus faible à l'issue de la crise sanitaire, il annonce ainsi des prix plus accessibles d'ici le printemps afin de permettre au groupe de retrouver un afflux de voyageurs. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche