Paris : la Maison des Coursiers, futur lieu de repos pour les livreurs dans le 18e arrondissement

Par Elodie D. · Publié le 1 décembre 2020 à 15h54 · Mis à jour le 1 décembre 2020 à 16h28
Une Maison des Coursiers devrait ouvrir ses portes dans le 18e arrondissement. Voulu comme un "lieu de repos" pour les livreurs et coursiers, l'établissement proposera un local pour se poser, manger, idéalement se doucher, mais aussi des ateliers associatifs pour aider les travailleurs dans leurs démarches quotidiennes.

C'est une belle initiative portée par Barbara Gomes dans le 18e arrondissement. Partant du constat que les livreurs de nourriture étaient souvent des personnes précaires et qu'ils se voient de plus en plus refuser les toilettes des restaurants qu'ils livrent, cette adjointe du 18e arrondissement a proposé un "lieu de repos" pour leur permettre de se mettre à l'abri, se restaurer, échanger, et retrouver de la dignité.

La Maison des Coursiers sera gérée au quotidien par CoopCycle, une fédération de coopératives de livraison à vélo. Elle n'aura donc aucun lien avec les plateformes Uber Eats, Deliveroo ou Just Eat, une chance pour l'édile. "On peut imaginer organiser des permanences syndicales et associatives [...] réunions de la CGT, interventions de la Sécurité Routière... c'est vraiment l'idée d'avoir un endroit où l'on puisse organiser des actions", signale Barbara Gomes.

Lors du conseil d'arrondissement, il a cependant été souligné que cette maison serait financée seulement temporairement par la Mairie de Paris, le temps que "les plateformes numériques de travail assurent d'endosser leur rôle d'employeur avec toutes les obligations sociales et sanitaires que cela implique". Avec l'espoir la Maison des Coursiers disparaisse, ou qu'elle soit gérée par les plateformes au titre d'employeur.

L'initiative est au tout début, puisqu'elle a été votée ce lundi 30 novembre 2020. Cette Maison des Coursiers pourrait être abritée boulevard Barbès, dans un bâtiment de la Mairie de Paris. Il reste à valider les locaux avec l'association qui la gérera et à faire estimer le budget de fonctionnement et de travaux. L'élue aimerait que le local dispose "d'au moins une douche" pour les travailleurs qui habitent très loin, afin qu'ils puissent effectuer un brin de toilette.

Seul critère important, le local vélo, pour que les travailleurs ubérisés puissent s'y garer !

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche