Covid : Castex annonce un couvre-feu à 20h le 31 décembre

Par Caroline J. · Publié le 10 décembre 2020 à 18h38 · Mis à jour le 10 décembre 2020 à 20h49
Jean Castex a une nouvelle fois pris la parole ce 10 décembre pour faire un point sur l'évolution de l’épidémie de Coronavirus en France et annoncer les prochaines étapes du déconfinement progressif. Si le couvre-feu sera exceptionnellement levé le soir du 24 décembre pour Noël, il n'y aura pas de dérogation pour le réveillon du nouvel an. Les Français devront donc respecter un couvre-feu dès 20h le 31 décembre.

Le Premier ministre Jean Castex a présidé une nouvelle conférence de presse ce 10 décembre 2020. Confirmant la mise en place d'un couvre-feu à compter du 15 décembre, il sera durci et débutera dès 20h, et non 21h, comme le gouvernement l'avait envisagé. Autre annonce ? Ce couvre-feu de 20h à 6h du matin concernera également le 31 décembre 2020. Le réveillon du nouvel an "concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique" a expliqué Jean Castex. Il faudra donc rester chez soi le soir du 31 décembre et "respecter les recommandations de 6 adultes" a-t-il précisé. 

En revanche, le chef du gouvernement a confirmé la levée de ce couvre-feu le soir du 24 décembre, pour les fêtes de Noël. "Noël occupe une place à part dans nos vies et traditions, où se forgent les premiers grands souvenirs des plus petits" a fait savoir Jean Castex. De fait, "nous autoriserons donc les déplacements pour ce 24 décembre, en respectant deux recommandations : pas plus de 6 adultes à la fois; et de limiter les interactions au maximum les 5 jours précédent le réveillon de Noël" a-t-il ajouté. 

Mardi déjà, le ministre de la Santé Olivier Véran se voulait prudent quant au réveillon du Nouvel An. "Tout peut être amené à changer, à évoluer en fonction de la donnée épidémique (...) Noël n'est pas le Nouvel An, nous devons faire encore sans doute plus attention. Le Nouvel An n'a pas la même portée culture dans notre pays. Le Nouvel An, contrairement à Noël, c'est rarement des réunions de famille, ce sont souvent des fiestas", avait-il expliqué sur LCI le 8 décembre. 

De son côté, le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon à Paris, estimait que les Français devaient renoncer à célébrer la nouvelle année. « Il faut oublier le 31 ! » a-t-il ainsi déclaré sur BFMTV ce 10 décembre. Une décision nécessaire « pour sauver 2021 » selon lui.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche