Déconfinement : cinémas, musées et théâtres restent fermés, les aides du gouvernement se poursuivent

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 10 décembre 2020 à 18h47 · Mis à jour le 10 décembre 2020 à 20h54
Cinémas, théâtres, musées : tous ont préparé leur réouverture pour le 15 décembre avec effervescence. Un effort vain, puisque le gouvernement a annoncé, ce 10 décembre, que les lieux culturels doivent rester fermés jusqu'au 7 janvier 2021.

Le gouvernement avait promis un déconfinement et une réouverture des musées, des cinémas et des théâtres le 15 décembre, si le nombre de personnes contaminées par jour tombait à 5 000 cas, et si le niveau de personnes en réanimation se maintient entre 2 500 et 3 000 patients. Depuis plusieurs jours déjà, les experts ne peuvent que noter le nombre important de personnes contaminées : 13 713 nouveaux cas positifs ont été reportés le 8 décembre au soir. Selon Olivier Véran, ministre de la Santé, l'objectif des 5 000 cas par jour ne sera pas atteint le 15 décembre. 

En conséquence, Jean Castex a annoncé, ce jeudi 10 décembre, que les lieux culturels doivent rester fermés jusqu'au 7 janvier 2021. Les musées, salles de spectacles, théâtres et cinémas doivent reporter toutes les activités prévues pour la mi-décembre et ronger leur frein, avant d'avoir la chance de reprendre leur travail.

Le gouvernement a assuré que toutes les aides économiques en place resteraient actives jusqu'à la réouverture des lieux culturels début janvier. Un coup de pouce qui permet à ces secteurs de garder la tête hors de l'eau.

Restés longtemps dans l'incertitude, les acteurs du secteur culturels ont exprimé leur frustration. Alexandre Mallet-Guy, producteur du film Mandibules, qui doit sortir en salles le 16 décembre prochain, exprimait son désarroi chez LCI : « ne pas rouvrir le cinéma le 15 serait une catastrophe pour nousLa promo est lancée, on était hier sur le plateau de 'Quotidien' avec les acteurs, la campagne d’affichage commence aujourd’hui… Pour nous il est trop tard pour faire machine arrière. »

Le producteur n'est pas le seul à être dans ce cas. Dans les cinémas, on s'attend à une petite guerre des audiences, lorsque le public sera enfin autorisé à revenir. En effet, pour attirer les spectateurs, de nombreux cinémas ont prévu de rediffuser les films qui fonctionnaient bien avant le confinement, faisant passer à la trappe des nouveautés ou des petits films. « Mécaniquement [les salles de cinéma] ne pourront pas accueillir tous ces films. Et forcément il va y avoir de la casse », prédit Alexandre Mallet-Guy

Aurélie Delage, représentante des exploitants de taille moyenne à la Fédération des cinémas, résume la situation pour Les Échos : « Ce sont les montagnes russes émotionnelles, on n'est plus sûrs de rien ». Ne pas rouvrir le 15, « ce serait un vrai coup dur, un coup de massue » alors que « les salles se sont préparées à rouvrir, ont fait leurs programmes, ont remis en place leurs équipes ».

De nouvelles aides ?

Colère et découragement, voilà les sentiments qui animent les acteurs de ces secteurs délaissés. Arnaud Vialle, patron du cinéma Le Rex à Sarlat, menace d'aller contre les ordres du gouvernement. Il assure à l'AFP Moi, j’en ai marre. Merde ! Je me pose la question de rouvrir malgré tout, avec un protocole sanitaire bien strictJe suis scandalisé, parce que les grandes surfaces peuvent accueillir tout le monde.

Le directeur général du Théâtre Lucernaire, Benoît Lavigne, est plus résigné : Je ne sais plus combien de fois on a annulé reporté, annulé reporté, on fait ça depuis le mois de mars, regrette-t-il. C’est épuisant et décourageant pour les équipes et pour le public, avec un sentiment d’incompréhension. Dans les théâtres et dans les cinémas, toutes les règles sont respectées et à côté de ça, le 24 et 25 il n’y a aucune restriction, les gens peuvent partir en train et en avion ; ça n’a pas de sens.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a assuré que les industries culturelles seraient aidées par le gouvernement, en cas de prolongement de leur fermeture. « On fera évidemment quelque chose, surtout pour les théâtres, salles de concerts et cinémas », a-t-elle promis au micro de Radio Classique.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche