Fermeture des écoles : le gouvernement promet d'aider les familles modestes privées des cantines

Par Cécile D. · Publié le 1 avril 2021 à 13h54 · Mis à jour le 1 avril 2021 à 13h54
La fermeture des écoles signifie également la fermeture des cantines scolaires. De nombreuses familles modestes se voient ainsi privées d'une source de nourriture fiable pour leurs enfants. Pour soutenir ceux qui en ont besoin, le gouvernement promet qu'une aide adaptée sera mise en place.

L'annonce de la fermeture des écoles pour quatre semaines a inquiété de nombreuses familles modestes, qui se retrouvent dans l'embarras pour nourrir leurs enfants sans l'aide des cantines scolaires. Le gouvernement ne les a cependant pas oubliées. Lors de son intervention à l'Assemblée nationale ce jeudi 1er avril, Jean Castex a assuré que « familles modestes dont les enfants n’iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits-déjeuners gratuits » recevront une aide du gouvernement, dont les modalités seront précisées « dans les prochains jours ».

Depuis le premier confinement, en mars 2020, de nombreuses familles et associations rappellent régulièrement au gouvernement à quel point les écoles sont des lieux essentiels pour assurer un mode de vie plus sain et équilibrer pour les enfants. Au-delà des connaissances et de la socialisation, les écoles sont également une source de repas équilibrés fiable pour les familles modestes qui ont du mal à remplir leur frigo.

La Voix du Nord cite plusieurs exemples recueillis dans le courant de l'année 2020. Nos confrères rappellent notamment le cas de Laura Foy, professeure des écoles, qui avait lancé un appel aux dons pour des familles de Marseille : « Nos élèves de la cité des Rosiers [14e arrondissement de Marseille] ont faim ! La majorité des familles vivait de travail au black, parfois de récup ou de mendicité. La cantine, gratuite pour les familles les plus pauvres, était parfois le seul vrai repas de la journée pour les enfants. »

En avril 2020, c'est une mère de famille du Nord qui partageait sa détresse sur Public Sénat : « Financièrement, c’est compliqué […] la fermeture des cantines représente environ 50 euros de courses en plus chaque semaine. »

Malgré les efforts du gouvernement pour maintenir les écoles ouvertes, la pandémie est trop virulente en France, et une décision a dû être prise. De plus, le fait que l'Institut Pasteur ait qualifié les cantines scolaires de « hauts lieux de transmission » n'aide pas.

Le gouvernement doit donc mettre en place de nouvelles aides pour soulager les familles et assurer la bonne santé des enfants.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche