Présidentielle 2022 : Yannick Jadot veut interdire la chasse le week-end et pendant les vacances

Par Graziella L. · Publié le 30 octobre 2021 à 14h27
Sur BFMTV, Yannick Jadot, candidat écologiste aux élections présidentielles de 2022, a proposé d'interdire la chasse pendant le week-end et les vacances scolaires, afin de rendre à nouveau "la nature accessible à tous".

C'est une proposition qui a fait réagir les chasseurs ! Yannick Jadot proposait ce vendredi sur BFMTV d'interdire la chasse durant le week-end ainsi que les vacances scolaires. Le candidat écologiste à la présidentielle de 2022 critique le manque d'actions contre la chasse du président Emmanuel Macron et entend rendre "la nature accessible à tous" s'il est élu. 

Pour le candidat, le chef de l'Etat est soumis à "l'influence du lobby de la chasse" et fait trop de concessions aux chasseurs. Yannick Jadot se dit choqué par l'autorisation de la chasse d'oiseaux ou d'animaux protégés, des autorisations remises en cause par le Conseil d'Etat cette semaine. En plus de limiter la chasse, l'écologiste propose de ne "pas chasser les espèces protégées, et on arrête la chasse à courre et toutes les chasses cruelles".

Pour justifier ces propositions, il évoque les problématiques liées aux chasseurs dans les campagnes. "Quand j'entends, ce sont les enquêtes qui le montrent, que les trois quarts des personnes qui vivent dans la ruralité n'osent pas aller se promener le dimanche quand il y a des tirs de fusils, ce n'est pas normal", estime Yannick Jadot, qui voit la ruralité comme "pouvoir randonner, c'est de pouvoir faire du vélo, c'est de pouvoir se balader avec son chien sans avoir peur qu'il se fasse shooter au bout du chemin, c'est de pouvoir se balader en famille sans avoir des tirs sur les animaux". En effet, selon l'Office français de la biodiversité, on a recensé l'an passé 141 victimes de la chasse et onze morts.

Il n'est pas question pour lui d'interdire la chasse totalement, mais de la limiter en semaine sur les espèces qui ne sont pas protégées. Les chasseurs ont réagi à sa proposition en se disant "ulcérés" et en dénonçant un "diktat écolo". Ils sont quant à eux certains que la cohabitation est possible avec les ruraux et les promeneurs et indiquent qu'ils font "des efforts en matière de sécurité".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche