Les quatre engagements pris par la France durant la COP26 de Glasgow

Par Graziella L. · Mis à jour le 16 novembre 2021 à 11h01 · Publié le 13 novembre 2021 à 15h43
La France a pris quelques engagements depuis deux semaines, lors de la COP26 qui se déroule à Glasgow, et s'est jointe à quatre accords pour lutter contre la crise climatique.

La COP26 de Glasgow s'est officiellement terminée hier, et la France s'est illustrée en prenant quatre engagements afin de lutter contre le dérèglement climatique. Cependant, les négociations continuent, faute d'accord. En attendant une déclaration commune, Paris a déjà décidé de rejoindre des accords et initiatives pour être plus efficaces à plusieurs. 

L'un des premiers engagements était celui de l'arrêt de la déforestation d'ici 2030, pris par 180 pays. 16,5 milliards d'euros devraient être alloués pour la protection et la restauration des forêts. Le même jour, près de cent nations qui émettent plus de 40% des émissions mondiales de méthane ont promis de réduire les émissions de ce gaz à effet de serre d'au moins 30% d'ici 2030. 

Jeudi 11 novembre, la France s'est engagée à réduire la production de pétrole et de gaz. Une coalition internationale s'est formée pour accélérer l'abandon progressif de la production de combustibles fossiles et doit déterminer les "pratiques permettant d'aider les gouvernements à respecter leur engagement en faveur d'une élimination progressive de la production de pétrole et de gaz". Ce groupe a été rejoint par une petite douzaine de pays (et régions) dont le Costa Rica, le Danemark, la France, l'Italie, l'Irlande, le Groenland, la Nouvelle-Zélande, le Pays de Galles, le Portugal, le Québec, la Suède et la Californie.

Le dernier jour, Paris a rejoint la coalition de pays s'engageant à mettre un terme d'ici fin 2022 au financement à l'étranger de projets d'énergies fossiles sans techniques de capture du carbone. ll existait déjà un accord autour de la fin du soutien aux projets de centrales au charbon à l'étranger, mais ici, il s'agit également du gaz et du pétrole. Cette coalition devrait permettre de réorienter l'argent de ces investissements vers des énergies plus renouvelables, à hauteur de 15 milliards de dollars.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche